Un malware impossible à désinstaller contamine plus de 45.000 appareils Android

  30 Octobre 2019    Lu: 667
Un malware impossible à désinstaller contamine plus de 45.000 appareils Android

Un logiciel malveillant, ou malware, difficile à détecter s’est déjà infiltré dans 45.000 smartphones Android en six mois. Bien qu’il ne porte pas atteinte aux données des appareils, il peut inonder les utilisateurs de publicités agressives.

xHelper, logiciel malveillant détecté en mars 2019, a déjà réussi à infecter plus de 45.000 appareils Android partout dans le monde, informe une publication de Symentec, compagnie spécialisée dans l’édition de logiciels. Le programme a principalement sévi aux États-Unis, en Russie et en Inde.

Impossible de le supprimer
Ce malware est extrêmement difficile à effacer, parce qu’il est capable de se réinstaller automatiquement après la suppression. Néanmoins, la «bonne nouvelle» est que le programme malveillant ne se transmet pas et ne détruit pas les données des utilisateurs.

Cependant, il redirige les utilisateurs des smartphones contaminés vers des publicités de différentes applications qui incitent à leur téléchargement sur le Google Play Store ou affiche des publicités pénibles. Les développeurs de xHelper touchent une commission pour chaque téléchargement effectué des applications concernées, détaille Symentec.

De plus, comme le malware ne s’affiche pas dans le lanceur d’applications de l’appareil, il est compliqué de le déceler.

La provenance du malware
Concernant la source de la contamination, des spécialistes de Symentec affirment:

«Aucun des échantillons que nous avons analysés n’était disponible sur le Google Play Store, et bien qu’il soit possible que le malware xHelper soit téléchargé par des utilisateurs de sources inconnues, nous pensons que ce n’est peut-être pas le seul canal de distribution».
Même si le logiciel semble inoffensif dans la mesure où il n’attaque pas les données stockées sur le smartphone, il peut néanmoins télécharger des applications capables de causer plus de dégâts.

Sputnik


Tags: virusinformatique   malware   android