Comment reconnaître la méningite pour réagir au plus vite

  18 Octobre 2019    Lu: 610
Comment reconnaître la méningite pour réagir au plus vite

Les causes de la méningite sont nombreuses : virus, bactéries, champignons.

Les méningites d’origine virale sont généralement bénignes. Mais dans leur forme bactérienne, elles sont très graves et potentiellement mortelles. Sans traitement, elles aboutissent dans 100% des cas au décès du patient et ce, parfois en moins de 24 heures.  Traitées, 10% des personnes atteintes décèderont.

Des patients jeunes

Les méningites bactériennes se déclarent principalement chez l’enfant, l’adolescent et le jeune adulte. Parmi les méningites bactériennes, les méningites à méningocoques sont particulièrement virulentes, avec un potentiel épidémique.

Comment la repérer ?

Si les méningites peuvent débuter par des symptômes non spécifiques, telles que la fièvre ou des vomissements, d’autres signes bien précis – mais souvent méconnus – doivent alerter.

Comme le purpura fulminans qui se traduit par des lésions cutanées (des taches rouges et violacées ne disparaissant pas à la une pression du doigt, précise l'Assurance maladie) qui s’étendent sur le corps.

Illustration - Ensemble contre les méningites

Chez l'enfant en bas âge

-Pleurs et cris aiguës

-Hypersensibilité au touché

-Refus de s'alimenter

Concernant l'enfant, l'Assurance maladie ajoute qu'il faut prendre garde aux signaux suivants :

-Comportement inhabituel (geignements, pleurs incessants, irritabilité, somnolence anormale)

-Teint gris ou marbré,

-Il paraît abattu et "mou"

Chez les enfants et les adultes

-Douleurs articulaires

-Hypersensibilité à la lumière

-Raideur de la nuque

-Violents maux de tête

À tout âge

-Fièvre

-Visage inexpressif

-Confusion

-Vomissements

-Extrémités froides

-Somnolence

-Convulsions

Pour certaines méningites bactériennes, la vaccination est le seul moyen de se protéger.

Mais comme le déplore le collectif Ensemble contre la méningite, « seules trois formes de méningites bactériennes (méningoque C, Hæmophilus influenzæ de type B et pneumocoque – ndlr) font actuellement partie des onze vaccins obligatoires chez les enfants nés après le 1er janvier 2018. Des vaccins existent contre les méningocoques A, W et Y ainsi que contre le méningocoque B, mais ils ne sont pas recommandés de façon générale, ni remboursés. »

LE JOURNAL DE SAÔNE ET LOIRE


Tags: santé