Quel est le régime alimentaire le plus “propre”?

  21 Septembre 2019    Lu: 573
Quel est le régime alimentaire le plus “propre”?

Une étude a été menée pour établir quel était le régime alimentaire le moins nocif pour la santé de la planète. 

Les chercheurs de l’université Johns Hopkins de Baltimore ont comparé et analysé neuf régimes alimentaires établis en fonction de leur empreinte carbone, soit de leur impact sur l’environnement. Les conclusions de leurs travaux ont été publiées dans la revue spécialisée Global Environmental Change et dans l’édition du journal Le Monde de ce 18 septembre. 

Au menu, onze catégories d’aliments: viandes rouges; volailles; poissons; produits laitiers; œufs; légumineuses et soja; graines et racines féculentes; fruits et légumes; noix, graines et huile; insectes. 

Les neuf régimes alimentaires étudiés: un jour sans viande; faible en viande rouge; sans produits laitiers; sans viande rouge; pescétarien (pas de viande mais du poisson); lacto-ovo végétarien (pas de viande ni de poisson mais du lait et des œufs); 2/3 végétalien; animaux du bas de la chaîne alimentaire (poisson et insecte); végétalien strict.  

Soit autant de scénarios de consommation analysés en fonction des habitudes de 140 pays dont l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) possède des données fiables. 

Premier constat: il n’y a pas de solution universelle
Si tout le monde est plus ou moins d’accord sur la nécessité de réduire la consommation de viande et de produits d’origine animale à l’échelle mondiale, force est de constater qu’aucun modèle alimentaire ne peut être appliqué à l’ensemble de la planète. En effet, dans certains pays en développement, les carences nutritives sont telles qu’il faudrait même, idéalement, y augmenter les rations de viande ou de produits laitiers, observent les auteurs de l’étude. Dans les pays développés, en revanche, ces mêmes produits s’avèrent très largement surconsommés. 

Végétalien? Le moins polluant mais difficilement applicable
Le régime végétalien, sans viande ni poisson, sans œufs ni produits laitiers, est évidemment le régime le plus “propre” car il génère le moins de CO2. Il est cependant utopique d’imaginer y convertir le monde entier. Par contre, le régime “2/3 végétalien”, composé de deux repas 100 % végétaliens pour un repas omnivore libre semble mieux adapté: il est moins restrictif et pollue toujours moins qu’un régime végétarien, sans viande mais avec une surconsommation de produits laitiers, à l’empreinte carbone élevée. 

Consommer dans le bas de la chaîne alimentaire?
Une autre solution intéressante réside dans la consommation privilégiée de produits issus du bas de la chaîne alimentaire: des insectes, des petits poissons (sardines, harengs, anchois...), des mollusques (moules, palourdes...), autant d’aliments dont l’apport nutritif demeure élevé mais dont l’empreinte carbone reste suffisamment basse. 

“Empreinte environnementale faible” et “régime sain”
“L’objectif de cette étude est de montrer qu’on peut avoir une faible empreinte environnementale tout en ayant un régime sain. Mais à chaque pays d’en tirer les conclusions adaptées à ses besoins et à sa culture alimentaire”, explique Martin Bloem, l’un des chargés des travaux, relayé par Le Monde et BFMTV. 

Source: 7sur7.be


Tags: santé