Voici comment la Libra devrait être régulée, selon Facebook

  17 Juillet 2019    Lu: 725
Voici comment la Libra devrait être régulée, selon Facebook

La Libra, la cryptomonnaie développée par Facebook, fascine autant qu’elle inquiète. Dans l’optique de la lancer sur des bases saines, elle ne sera pas déployée tant qu’elle n’aura pas « entièrement répondu aux préoccupations des autorités » selon David Marcus.

Pour accomplir cet objectif, le responsable de Calibra chez Facebook s’apprête à présenter au Congrès américain comment le réseau social envisage la réglementation de la cryptomonnaie. Nous connaissons d’ores et déjà le contenu de ses déclarations.

Aujourd’hui va se jouer un évènement central dans l’histoire de la Libra. Le responsable de Calibra, le service de gestion des échanges dans cette monnaie sur les réseaux sociaux du groupe Facebook, s’apprête à expliquer comment cette devise devrait être régulée. Ses explications devront prouver que la gestion de cette nouvelle devise ne sera pas trop complexe. Dans le cas contraire, elle mettra sûrement un peu plus de temps à être déployée, car les plus grands législateurs, dont Donald Trump, émettent des réserves vis-à-vis de cette crytomonnaie.

Une réglementation suisse

La Libra Association, qui rassemble les acteurs gérant la crytomonnaie, à son siège en Suisse. Dès lors, Marcus envisage logiquement que la monnaie soit réglementée par les autorités financières suisses. L’association est en discussion avec ces dernières à cet effet, et prévoit également de placer sa monnaie sous la juridiction de l’organisme de protection de la vie privée suisse.

La Libra, une monnaie dont les usages sont assez flous

Actuellement, il n’y a pas de charte sur comment devra être utilisée Libra. Facebook travaille tout seul à son développement, sans ses partenaires. Puisque l’usage de cette monnaie n’est pas encore régit pas des règles, il est difficile de savoir comment la réglementer.

Pour le moment, ce que propose Marcus, c’est que les États puissent intervenir pour placer sous une législation les services qui mettent à disposition cette crytomonnaie, comme Calibra. Dans sa vision des choses, ce sera la FTC (Federal Trade Commission) qui s’assurera de la protection des consommateurs. Par ailleurs, tous les services de diffusion de la monnaie et la Libra Association devraient s’inscrire au Financial Crimes Enforcement Network des États-Unis selon lui. Ceci afin de se conformer à ses sanctions et ses lois pour prévenir le financement du terrorisme.

On ignore si la façon dont la monnaie devrait être gérée selon Facebook correspondra aux attentes du gouvernement américain. Cependant, Marcus a déclaré s’attendre à passer « par la supervision préalable au lancement la plus complète et la plus prudente de l’histoire de la technologie financière ».

Siècle Digital


Tags: Facebook   Libra