Airbus, de l’avion au taxi volant

  09 Mars 2018    Lu: 1555
Airbus, de l’avion au taxi volant

Au Salon automobile de Genève, qui se tient jusqu’au 18 mars, l’avionneur français présente un impressionnant prototype de taxi volant.

Le 19 janvier 1919, l’aviateur Jules Védrines posait (illégalement) sa machine, un Caudron H3, sur… le toit des Galeries Lafayette à Paris. Une piste de 28 mètres sur 12. Sans le savoir, Védrines devenait ainsi le premier pilote de drone urbain. Pratiquement un siècle plus tard, au Salon de l’automobile de Genève (Suisse), qui se tient jusqu’au dimanche 18 mars, plusieurs exposants présentent leur prototype de voiture volante.

Le néerlandais Pal-V par exemple a adopté le concept du « tout-en-un », avec un engin qui tient plus de l’hélicoptère que du drone. En quelques minutes, ses pales rotatives fixées sur le toit peuvent se déployer, ce qui permet à ce drôle de tricycle (4 mètres de longueur pour 1,70 m de hauteur), propulsé par un moteur à essence, de jouer la fille de l’air à une vitesse de croisière de 140 km/h. Autonomie : 500 km en vol et 1 900 km sur route. Son prix ? 300 000 €. Destiné donc avant tout à des particuliers (très) fortunés.

Mais c’est le projet de l’avionneur européen Airbus qui fait sensation. Un concept radicalement différent puisqu’il s’agit ici d’une petite voiture à quatre roues, type Smart, sur laquelle vient s’accrocher une sorte de drone géant constitué de quatre rotors. L’ensemble, entièrement électrique, pèse moins d’une tonne. « Ce choix technologique permet à la fois de rouler dans une vraie voiture, conçue comme telle, explique Jacques Rocca, porte-parole d’Airbus. Mais également de la transformer selon les besoins en véritable taxi volant. » Pas de compromis entre une voiture qui ne serait pas vraiment un avion, ou un avion qui roulerait comme une voiture.

Pas besoin d’un brevet de pilote ni de permis de conduire

Mené en partenariat avec le constructeur automobile allemand Audi et la filiale de Volkswagen Italdesign, « PopUp Next » est à la fois plus accessible côté budget, et plus pratique puisqu’il ne nécessitera ni brevet de pilote, ni même un permis de conduire. L’idée est séduisante. Au point que la maire de Paris, Anne Hidalgo, a tenu à passer sur le stand mercredi matin, lors de sa visite au salon.

Des images viennent immédiatement à l’esprit : celles de Jules Vernes, de Georges Méliès ou le «Metropolis» de Fritz Lang. « Il y a encore deux ans, faire voler une voiture, c’était de la science-fiction, reprend Jacques Rocca. Aujourd’hui tout le monde s’y met. Pourquoi ? Parce que dans les trente années qui viennent, les trois quarts de la population mondiale vivront dans les grandes villes. »

Une mise en service dès 2022

Airbus espère faire voler ses premiers PopUp en ville dès 2022, si la législation évolue suffisamment d’ici-là. L’avionneur planche aussi sur d’autres applications, par exemple pour le transport de fret la nuit, ou encore le transfert de patients entre hôpitaux. Encore faut-il que la législation évolue. Car c’est tout l’espace aérien qu’il faudra repenser. Avec forcément des questions de sécurité et les nuisances. Il ne s’agirait pas de retrouver dans les airs les inconvénients que les habitants des villes subissent aujourd’hui au ras du bitume.


Tags: Airbus