L'OMS va reconnaître l'addiction au jeu vidéo comme une maladie

  05 Janvier 2018    Lu: 628
L'OMS va reconnaître l'addiction au jeu vidéo comme une maladie
C'est confirmé. L'Organisation mondiale de la santé (OMS) s'apprête à reconnaître le trouble du jeu vidéo («gaming disorder» en anglais) comme une maladie.
Un porte-parole de l'agence de l'ONU l'a annoncé ce vendredi, lors d'un point presse à Genève. Les risques d'addiction liés à ce «trouble» vont être ajoutés à la 11e liste de la Classification internationale des maladies (CIM), qui sera publiée en juin.

Depuis quelques jours déjà, la publication d'un document provisoire listant le jeu vidéo comme une sous-catégorie des troubles liés à un comportement addictif laissait déjà deviner cette issue.

Perte de contrôle et hausse du temps de jeu

Le «gaming disorder» est défini comme «un comportement lié aux jeux vidéos sur internet ou hors ligne, qui se caractérise par une perte de contrôle sur le jeu, une priorité croissante accordée au jeu par rapport à d'autres activités, au point qu'il prenne le pas sur d'autres centres d'intérêt», d'après le représentant de l'OMS, Tarik Jasarevic.

L'addiction aux jeux vidéo se traduit également par «la poursuite et l'augmentation de l'activité de jeu malgré l'apparition de conséquences négatives», ajoute le porte-parole cité par l'AFP. Un individu devra présenter ses caractéristiques pendant au moins un an pour être diagnostiqué.

Malgré le manque de données statistiques et épidémilogiques, l'OMS estime qu'il y a bel et bien «un problème» avec «des gens qui appellent à l'aide».

Banalisation des «vrais troubles de santé mentale»

L'association du logiciel de diverstissement (ESA), qui défend les intérêts de l'industrie du gaming, a réagi à cette annonce par un communiqué. Dans cette publication, elle estime que la reconnaissance officielle de ce trouble «banalise les vrais problèmes de santé mentale comme la dépression, les troubles d'anxiété sociale».

«L'Organisation mondiale de la Santé sait que le bon sens et la recherche objective prouve que les jeux vidéo ne sont pas addictifs», affirme également l'ESA, avant d'encourager vivement l'OMS «à inverser la direction de son action». Une position dont l'organisation internationale ne semble pas avoir prise en compte. (AFP)

Tags: #OMS