La solitude tue à petit feu, affirment des chercheurs

  08 Août 2017    Lu: 1085
La solitude tue à petit feu, affirment des chercheurs

Des chercheurs américains ont établi une dépendance entre la solitude et la mort prématurée chez les personnes âgées de plus de 45 ans.

La solitude et l'isolement social pourraient représenter pour la population un risque plus sérieux que l'obésité, leur influence ne faisant que s'accroître, selon un rapport de chercheurs de l'université de Brigham Young, rendu public au 125e congrès de l'Association des psychologues américains et cité par le portail ErekAlert.

«Les relations avec les autres personnes sont un besoin fondamental de l'humain, qui est décisif tant pour son bien-être qui pour sa survie. Des exemples extrêmes montrent que les enfants emprisonnés et privés de possibilité de contacter les gens ne peuvent pas réussir et meurent souvent. Ce n'est pas par hasard si l'isolement social ou une cellule individuelle sont utilisés comme forme de châtiment», a indiqué un auteur du rapport.

Toutefois, les tendances de l'évolution de la société humaine sont telles que les individus deviennent de plus en plus isolés de leur propre gré. Par exemple, aux États-Unis, plus de 42 millions de personnes âgées de plus de 45 ans souffrent de solitude. Plus d'un quart de la population vit seule, alors que la moitié de la population n'est pas mariée.

Selon les chercheurs, la solitude pourrait s'avérer à long terme beaucoup plus dangereuse que l'obésité.

Le remède proposé par les chercheurs consiste à se préparer psychologiquement à la retraite, de nombreux liens sociaux étant liés au travail. Les autorités devraient aménager plus minutieusement des endroits de loisir afin d'inciter les gens à se rassembler plus souvent, concluent les experts.

Tags: #solitude