G20: Vladimir Poutine et Barack Obama amorcent un dégel sur la Syrie après les attentats de Paris

  16 Novembre 2015    Lu: 948
G20: Vladimir Poutine et Barack Obama amorcent un dégel sur la Syrie après les attentats de Paris
Les Etats-Unis et la Russie ont commencé dimanche à rapprocher leurs positions sur le dossier syrien deux jours après les attentats meurtriers de Paris, et affiché avec leurs partenaires du G20 en Turquie un front uni contre la menace jihadiste.
En ouverture du sommet des dirigeants des grands pays de la planète à Antalya (sud), les présidents américain Barack Obama et russe Vladimir Poutine ont brisé la glace lors d’un aparté d’une demi-heure largement consacré à la guerre en Syrie, qualifié de « constructif » par la Maison Blanche.

Lors de ce tête-à-tête inattendu surpris en direct par les caméras de la télévision turque, MM. Obama et Poutine ont apporté leur soutien à une transition politique avec des « négociations sous l’égide de l’ONU entre l’opposition syrienne et le régime et un cessez-le-feu », selon un responsable américain.

Sous la pression des attentats de Paris revendiqués par l’organisation Etat Islamique (EI), ce principe a été posé samedi à Vienne lors de pourparlers internationaux sur la Syrie avec un « calendrier concret » prévoyant la formation d’un gouvernement de transition dans six mois et l’organisation d’élections d’ici 18 mois.

Aucun commentaire n’a toutefois été fait dans les deux camps sur le principale source de divergences entre les deux pays, le sort à réserver au président syrien Bachar al-Assad.

La Russie, qui intervient militairement à côté de ses troupes depuis la fin septembre, et l’Iran continuent à soutenir fidèlement le maître de Damas alors que les Etats-Unis, les Européens et les pays arabes exigent son départ immédiat.

Depuis plus de quatre ans et demi, la guerre en Syrie a déjà fait plus de 250.000 morts et constitue le terreau des groupes jihadistes comme l’EI qui contrôle de larges territoires en Syrie et en Irak.

« Nous avons des objectifs stratégiques liés à la lutte contre l’EI, et ceux-ci sont proches l’un de l’autre, mais il reste toujours des divergences sur la tactique », a commenté un conseiller du Kremlin, Iouri Ouchakov, devant quelques journalistes.

Malgré ces différences, la Russie, les Etats-Unis et les chefs d’Etat et de gouvernement réunis sur les bords de la Méditerranée ont affiché leur volonté de frapper « très fort » contre le groupe jihadiste, qui a revendiqué la vague d’attentats responsable de 129 morts dans les rues de Paris vendredi soir.

L’hôte du sommet, le président turc Recep Tayyip Erdogan, a promis une réponse « très forte, très dure ». « Cette attaque terroriste n’est pas seulement dirigée contre le peuple français mais contre toute l’humanité », a-t-il déclaré.

‘Redoubler d’efforts’

M. Obama a promis de « redoubler d’efforts (…) pour éliminer Daech », l’acronyme arabe du groupe EI. « On ne peut maîtriser la menace terroriste (…) que si toute la communauté internationale unit ses efforts », a renchéri M. Poutine.

A l’ouverture de la première session de travail, M. Erdogan et ses invités ont observé une minute de silence à la mémoire des victimes des attentats de Paris et d’Ankara, également attribués à l’organisation extrémiste, qui ont fait 102 morts le 10 octobre.

Plus que des manifestations de solidarité, Paris a de son côté exigé de ses partenaires des mesures significatives.

« La France (…) voudra des décisions concrètes en matière de lutte contre le financement du terrorisme », a déclaré à l’AFP son ministre des Finances Michel Sapin. Il remplace avec son homologue des Affaires étrangères Laurent Fabius le président François Hollande, qui a annulé son déplacement en Turquie.

Directement liée à la Syrie, la crise des migrants a également occupé dimanche les dirigeants du G20.

Depuis les attentats de Paris, la politique européenne d’accueil des réfugiés a fait l’objet de critiques, alors qu’un de ses auteurs présumés était porteur d’un passeport syrien et était entré en Europe via la Grèce au milieu du flot des réfugiés.

Le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker a vivement réagi. « Ceux qui ont perpétré les attentats sont exactement ceux que les réfugiés fuient, et non pas l’inverse, et par conséquent il n’y a pas lieu de revoir dans son ensemble la politique européenne en matière de réfugiés », a-t-il dit.

Confrontée depuis le printemps à un afflux de migrants, majoritairement syriens, l’Union européenne (UE) tente de convaincre la Turquie, qui en accueille 2,2 millions, et les autres pays limitrophes de les retenir, en échange d’une aide financière.

A deux semaines de la conférence de Paris sur le climat (COP21), la France a également profité du G20 pour demander dimanche à ses partenaires de muscler leurs engagements en vue d’un accord pour la réduction des gaz à effet de serre et son financement.

Tags: