Le ministère azerbaïdjanais des Affaires étrangères répond durement aux affirmations de l’Arménie

  07 Juin 2024    Lu: 314
 Le ministère azerbaïdjanais des Affaires étrangères répond durement aux affirmations de l’Arménie

La déclaration du ministère arménien des Affaires étrangères du 7 juin 2024, contestant le fait des revendications territoriales de ce pays envers ses voisins, n'est rien d'autre qu'une intention de détourner l'attention de la communauté internationale des défis qui restent des obstacles à parvenir à la paix entre l'Azerbaïdjan et l'Arménie, a déclaré le porte-parole du ministère azerbaïdjanais des Affaires étrangères Aykhan Hadjizadé.

"Aujourd'hui, le défi majeur est en effet la revendication territoriale persistante de l'Arménie contre l'Azerbaïdjan, inscrite dans ses multiples documents juridiques et politiques, notamment dans la Constitution arménienne, qui fait ouvertement référence à la Déclaration d'indépendance de l'Arménie appelant à « la réunification de l’Arménie et du Haut-Karabakh ».

L’Azerbaïdjan a le droit légitime d’exiger la suppression de cette revendication de la Constitution qui affecte directement notre sécurité nationale, et cela ne peut pas être qualifié d’ingérence dans les affaires intérieures de l’Arménie.

La logique du ministère arménien des Affaires étrangères selon laquelle ce problème pourrait être négligé démontre que l’Arménie n’est pas intéressée par une paix durable et vise uniquement à conserver cette disposition comme une future option de secours pour reprendre son agression contre l’Azerbaïdjan. De plus, les efforts de l’Arménie pour relancer le Groupe de Minsk, qui est un vestige d’un ancien conflit, et sa politique de militarisation continue, démontrent l’existence d’un agenda caché de l’Arménie.

En outre, la référence par la partie arménienne à la disposition du projet d'accord de paix selon laquelle "aucune des parties ne peut invoquer sa législation nationale pour ne pas mettre en œuvre ses obligations au titre de l'accord de paix" pour soutenir l'affirmation selon laquelle la revendication territoriale contenue dans sa Constitution est inoffensive, est nulle et non avenue. C’est un fait bien connu qu’aucun accord international ne peut avoir la supériorité sur la Constitution.

L’Arménie n’a aucune raison morale de remettre en question la sincérité de l’Azerbaïdjan dans le processus de paix puisque l’Azerbaïdjan a pris des mesures pour lancer un processus de paix et a persuadé l’Arménie de négocier un accord de paix, dont la première ébauche a été fournie par l’Azerbaïdjan.

L'Arménie doit comprendre que la seule façon d'assurer la stabilité et la paix dans la région est de construire des relations avec les pays voisins basées sur la reconnaissance et le respect de la souveraineté et de l'intégrité territoriale et d'éliminer les défis qui constituent une menace dans ces domaines", indique le communiqué.

Azvision.az


Tags: Azerbaïdjan   Arménie  


Fil d'info