« L'Église arménienne est contre l'accord de paix avec l'Azerbaïdjan », selon un politologue moldave

  08 Février 2024    Lu: 678
 « L

« La principale raison du report régulier du traité de paix entre l'Azerbaïdjan et l'Arménie est la participation non seulement des parties à la résolution de ce problème, mais aussi de nombreux autres acteurs intéressés à un degré ou à un autre par cette question. »

C'est ce qu'a fait savoir dans une interview à l'AzVision, l'analyste politique moldave et docteur en histoire Rouslan Chevchenko.

Il a déclaré que la résolution du conflit avait déjà atteint sa phase finale.

- La partie azerbaïdjanaise ne voit aucun obstacle à la signature de l'accord de paix. A Erevan, non seulement Pashinyan, mais aussi son collègue du parti, le président du Parlement arménien Alen Simonyan, ont également déclaré qu'ils étaient prêts à reconnaître l'intégrité territoriale de l'Azerbaïdjan à l'intérieur des frontières soviétiques, c'est-à-dire avec le Karabagh.

- Pourquoi la tension ne retombe-t-elle pas ?
- L'opposition arménienne profite de la reconnaissance du Karabagh comme partie de l'Azerbaïdjan comme d'une opportunité pour son propre gain politique, qualifie Pashinyan et ses partisans de « scélérats qui ont vendu des terres arméniennes » et fait campagne pour bloquer la signature de l'accord. La plupart des Arméniens, même ceux qui soutiennent le gouvernement, comprennent l’amère réalité : la nécessité de se débarrasser du Karabagh. Mais l'Église arménienne, jusqu'à présent neutre sur la question, soutient les revanchistes : un certain nombre de prêtres s'opposent fermement à l'accord de paix et qualifient Pashinyan de « traître » qui est prêt à le signer. Étant donné que l’Église a une grande influence dans la société arménienne, ignorer son opinion est risqué pour tout homme politique. Par conséquent, Pashinyan a encore une fois retardé la signature de l'accord et a été contraint de prendre en compte l'opinion publique du pays en collaboration avec l'Alliance « Mon pas » qu'il dirige.

- Comment la situation internationale affecte-t-elle les perspectives d'un accord de paix ?
- La situation internationale autour du processus de paix entre l'Azerbaïdjan et l'Arménie ne semble pas encourageante. Pashinyan subit la pression de la France, qui tente de prendre sa place dans un contexte d'affaiblissement de l'influence russe dans le Caucase du Sud. Paris, qui a gagné en influence dans les cercles politiques arméniens en profitant de l'humeur revancharde d'une certaine partie de la population, n'a pas intérêt à résoudre le conflit. Renforçant les activités de renseignement dans la région, il vend des armes à l'Arménie afin de remettre les parties en conflit au moment opportun.

Bien que Bakou ait dénoncé les espions français qui ont infiltré le pays, le gouvernement français a ignoré l'avertissement. Au contraire, une nouvelle vague de provocations anti-azerbaïdjanaises a déferlé sur la France. L'élite dirigeante, sous la forte influence de la diaspora arménienne radicale, montre son intention de ne pas faire de compromis contre l'Azerbaïdjan.

- Comment la position de la Russie affecte-t-elle le processus ?
- Ne pas signer le traité de paix est bénéfique pour la Russie. Poutine et ses partisans sont bien conscients qu'un tel accord est une « condamnation à mort » pour l'influence de la Russie en Arménie. Par conséquent, ils suscitent l’opposition de l’Arménie par tous leurs efforts et espèrent que le peuple mécontent éliminera Pashinyan de la scène politique. Bien que ces tentatives aient échoué, Moscou continue d’œuvrer dans cette direction et son influence sur une certaine partie de la société arménienne semble pour l’instant inébranlable.

Le troisième parti opposé au traité de paix entre l’Azerbaïdjan et l’Arménie est le Parti démocrate au pouvoir aux États-Unis. Le lobby arménien a une forte influence traditionnelle au sein de ce parti. Les représentants du parti abordent Bakou dans la position d'un ennemi fidèle, ne peuvent pas digérer la défaite de l'Arménie et tentent de maintenir le conflit en vie jusqu'à ce que l'Azerbaïdjan ait la possibilité de faire à nouveau des revendications territoriales. C’est l’une des raisons du refroidissement des relations entre l’Azerbaïdjan et les États-Unis.

- En quelle année est prévue la signature de l'accord de paix ?
- Il semble que Pashinyan mettra beaucoup de temps à convaincre ses compatriotes et surtout l'Église de l'importance de faire la paix avec l'Azerbaïdjan. Étant donné que des élections auront lieu en 2024 dans de nombreux pays du monde, notamment aux États-Unis et en Russie, ainsi que dans l'Union européenne, il est probable que l'Azerbaïdjan et l'Arménie attendront que les eaux se stabilisent avant de prendre de nouvelles mesures. Très probablement, la signature de l’accord n’interviendra pas avant la fin de 2024, peut-être même un peu plus tard.

Samir Véliyev
Firoudin Hémidli

Azvision.az


Tags: Azerbaïdjan   Arménie  


Fil d'info