Jean-Luc Reitzer:  «L’Arménie occupe non seulement le Haut-Karabakh, mais également sept districts environnants»

  28 Octobre 2020    Lu: 4540
  Jean-Luc Reitzer:   «L’Arménie occupe non seulement le Haut-Karabakh, mais également sept districts environnants»

«La France entretient d’excellentes relations économiques et politiques avec les deux pays concernés et doit pouvoir les conserver.»

C'est ce qu'a déclaré Jean–Luc Reitzer, député du Haut-Rhin et Maire Honoraire de la ville d’Altkirch. 

Jean–Luc Reitzer, qui est également membre de la Commission des Affaires Etrangères et de l’Assemblée Parlementaire de l’Otan, a souligné que l’Arménie occupait, depuis 1994, non seulement le Haut-Karabakh, mais également sept districts environnants au peuplement exclusivement azerbaïdjanais.

«C’est donc bien l’intégrité territoriale de l’Azerbaïdjan qui est en cause depuis cette date. Cette occupation a été condamnée à quatre reprises par le Conseil de Sécurité de l’ONU (résolutions 822, 853, 874 et 884) qui a exigé le retrait des troupes arméniennes des territoires occupés en Azerbaïdjan. La France a été désignée pour participer au «Groupe de Minsk» avec les Etats-Unis et la Russie pour tenter de trouver une solution équitable à ce conflit territorial. La France entretient d’excellentes relations économiques et politiques avec les deux pays concernés et doit pouvoir les conserver», a-t-il dit. 

Dans un appel à ses collègues, le député du Haut-Rhin a également rappelé que pour continuer à jouer le rôle de médiation, la France devait absolument garder une neutralité objective: «En prenant partie en faveur du pays occupant, la France se mettrait en contradiction totale sur un grand nombre de dossiers internationaux : avec l’Ukraine au sujet de la Crimée annexée, avec la Géorgie au sujet de l’OSSETIE et de l’Abkhazie occupées mais également sur les dossiers brûlants du Moyen-Orient.

Chers Collègues, Nous ne devons pas importer la crise du Haut-Karabagh dans notre Pays. Nous devons agir, en respectant le droit international et les résolutions des Nations Unies pour trouver une issue juste et durable et permettre aux populations concernées de vivre en Paix. Agir autrement, notamment par un projet de résolution unilatéral, saperait l’autorité, le crédit, et l’image de la France et anéantirait des années d’efforts diplomatiques envers nos amis et alliés dans cette partie du monde. A chacun de réfléchir, de voir où se situe l’intérêt de notre pays, et à chacun d’assumer ses responsabilités futures.»

Azvision.az

Photo


Tags: France   Karabagh