Russie: une fillette excisée, demande de poursuites contre la clinique

  21 Mai 2020    Lu: 427
Russie: une fillette excisée, demande de poursuites contre la clinique

Une ONG russe de défense des droits de l'Homme a réclamé des poursuites contre une clinique du Caucase russe, majoritairement musulman, après l'excision forcée d'une fillette de 9 ans.

«Nous avons porté plainte au Comité d'enquête le 12 mai» contre le centre médical Aïbolit, situé à Magas, chef-lieu de la république caucasienne russe d'Ingouchie, a déclaré mercredi à l'AFP Tatiana Savvina, juriste de l'ONG Initiative de Justice (SJI, Stichting Justice Initiative).

Créée en 2000 pour faire face aux violations des droits de l'Homme dans le Caucase russe, l'ONG demande une enquête sur les activités de ce centre médical qu'elle accuse d'effectuer «des opérations mutilantes sur les organes génitaux féminins».

L'antenne régionale du Comité d'enquête russe (le principal organisme chargé des investigations criminelles dans le pays) a confirmé à l'AFP avoir reçu la plainte, son porte-parole, Zourab Gueroïev, ayant toutefois précisé qu'«aucune décision n'était prise pour le moment».

A l'origine de la plainte, l'excision forcée d'une fillette de 9 ans, amenée au centre médical Aïbolit à la demande de son père par sa belle-mère, et contre le gré de la mère de l'enfant, selon l'ONG.

Selon la grand-mère de la fillette citée par le site d'information local Daptar, la mère, dont le nom n'est pas révélé, vit en Tchétchénie voisine après avoir divorcé avec le père de son enfant. Mais elle lui a laissé la fillette pour quelques jours qui se sont soldés par un drame.

Pendant l'intervention, les médecins tenaient la fillette en pleurs par les jambes et sa belle-mère par les bras, a affirmé la grand-mère. Le médecin qui l'a ausculté à son retour chez elle a découvert une plaie sur son clitoris.

Une enquête contre la gynécologue de la clinique, Izania Nalguïeva, qui a effectué l'intervention, a été ouverte en juillet 2019 et un procès contre elle est déjà en cours. Il s'agit du premier procès en Russie pour excision, le Code pénal russe ne prévoyant aucune punition pour ce genre d'opération.

Selon un rapport de l'ONG SJI réalisé en 2018, chaque année quelque 1.240 petites filles de moins de douze ans subissent l'excision dans des familles musulmanes du Caucase du Nord.

AFP


Tags: Russie