Huawei a trouvé un remplaçant à Google Maps

  22 Janvier 2020    Lu: 966
  Huawei a trouvé un remplaçant à Google Maps

Le géant chinois a choisi l’entreprise néerlandaise TomTom pour remplacer Google Maps sur ses futurs smartphones. Toujours privé de licence Android, Huawei n’avait d’autre choix que de trouver un remplaçant à Google.

Huawei a conclu un accord avec la société TomTom qui propose des systèmes de navigation GPS. L’entreprise chinoise pourra ainsi utiliser les données de cartographie, de navigation et de trafic en temps réel de l’entreprise néerlandaise, rapporte Reuters.

La société de navigation et de cartographie numérique a annoncé vendredi 17 janvier avoir signé un partenariat avec Huawei Technologies en Chine pour l'utilisation de ses cartes et services dans les applications pour smartphones.

Selon le média, Huawei a été contraint de développer son propre système d'exploitation pour les smartphones après avoir été mis sur la liste noire par l'administration du Président américain en 2019 en raison de préoccupations concernant la sécurité nationale du pays sur fond de guerre commerciale avec la Chine.

Ainsi, le géant chinois ne pouvait plus utiliser sur ses nouveaux smartphones le système d'exploitation officiel de Google, Android, ainsi que d’autres applications largement utilisées, telles que Google Maps. Avec TomTom, Huawei peut continuer à proposer un service de navigation à ses utilisateurs.

Accusation des États-Unis

En mai 2019, le Département du Commerce des États-Unis a inscrit le géant chinois sur sa liste noire, l’empêchant ainsi d’acheter des technologies et des composants américains. L’entreprise est interdite de faire affaire avec des sociétés américaines sans licence adéquate. À son tour, Google a annoncé la rupture de sa coopération avec Huawei à qui il a coupé l’accès à ses technologies et logiciels.

Plus tard, les États-Unis ont décidé d’accorder des prolongations à la société chinoise lui permettant d’acheter des marchandises américaines pour le maintien des réseaux et le renouvellement des logiciels des téléphones qui existent aujourd’hui (la dernière prolongation a pris effet le 19 août pour 90 jours).

L’administration des États-Unis ont accusé Huawei de coopération avec les forces armées et les services de renseignement chinois et d’espionnage possible des clients.

Sputnik


Tags: Huawei