Russie : Poutine insiste sur la nécessité d'organiser "une passation du pouvoir"

  19 Janvier 2020    Lu: 504
  Russie :   Poutine insiste sur la nécessité d

Le président russe Vladimir Poutine a estimé qu'il était important d'assurer "une passation du pouvoir" en Russie, rejetant le modèle du dirigeant à vie datant de l'époque soviétique.

M. Poutine, dont les déclarations samedi sont rapportées sur le site du Kremlin, a proposé cette semaine une révision de la Constitution, la première depuis son adoption en 1993, relançant les conjectures sur la préparation de son avenir politique après la fin en 2024 de son dernier mandat de président.

Lors d'une rencontre avec des anciens combattants de la Seconde Guerre mondiale dans sa ville natale de Saint-Pétersbourg, M. Poutine s'est vu demander s'il pourrait envisager de supprimer dans la Constitution les limitations au mandat présidentiel et a semblé rejeter l'idée. "Dans mon opinion, ce serait très inquiétant de revenir à la situation du milieu des années 1980, lorsque les dirigeants restaient au pouvoir jusqu'à la fin de leurs jours (et) s'en allaient sans s'être assurés de la mise en place des conditions nécessaires à une passation du pouvoir", a déclaré M. Poutine. "Donc je vous remercie beaucoup mais je pense qu'il est préférable de ne pas revenir à la situation du milieu des années 1980".

Les dirigeants soviétiques Leonid Brejnev, Iouri Andropov et Konstantin Tchernenko sont tous morts en fonctions. Le dernier dirigeant de l'URSS, Mikhaïl Gorbatchev, successeur en mars 1985 de Konstantin Tchernenko, a été l'artisan d'une libéralisation avec sa politique de "perestroïka" (restructuration) et de "Glasnot" (transparence).

M. Poutine, âgé de 67 ans, a assuré comprendre ce qu'il a qualifié d'"inquiétudes" de la population à propos de la continuité du pouvoir. "Pour beaucoup cela est lié à des inquiétudes à propos de la stabilité dans notre société, de la stabilité dans l'Etat - la stabilité tant à l'extérieur qu'à l'intérieur - je comprends parfaitement cela", a-t-il déclaré.

Mercredi, M. Poutine a surpris les Russes en annonçant une série de réformes constitutionnelles, promettant de réduire les prérogatives du chef de l'Etat et d'augmenter celles du Parlement qui nommera le Premier ministre. Durant son discours annuel devant le Parlement et les élites politiques du pays, il a dit voir "clairement émerger une demande de changement au sein de la société". Ces propositions ont été suivies de la démission du gouvernement de Dmitri Medvedev. M. Poutine a désigné comme nouveau Premier ministre le patron du fisc russe, Mikhaïl Michoustine.

Au pouvoir depuis vingt ans, M. Poutine verra son dernier mandat de président s'achever en 2024. Il n'a pas le droit de se représenter en l'état actuel de la législation. Les réformes annoncées sont perçues comme visant à baliser le terrain avant cette date.

L'homme fort de la Russie est jusqu'à présent resté très évasif sur ses intentions et n'a jamais évoqué de successeur.

Le principal opposant au Kremlin, Alexeï Navalny, a jugé que, quelle que soit la fonction officielle à laquelle il se désignait, Vladimir Poutine cherchait à "rester dirigeant à vie". (AFP)


Tags: Russie   Poutine