Il existerait quatre types essentiels de vieillissement

  15 Janvier 2020    Lu: 652
Il existerait quatre types essentiels de vieillissement

Des chercheurs de l'Université de Stanford ont établi qu’il existait des types de vieillissement individuels et en ont retenu quatre essentiels. Leur étude a été publiée dans la revue scientifique Nature Medicine.

Pendant deux à trois ans, des spécialistes de la Stanford University School of Medicine ont enregistré les niveaux de certains microbes et molécules biologiques (protéines, métabolites et lipides) chez 106 volontaires sains âgés de 29 à 75 ans et ont suivi l'évolution de ces indicateurs au fil du temps, expliquent les pages de Nature Medicine.

Pour ce faire, ils ont régulièrement prélevé du sang, de la salive et de l'urine aux participants de l'expérience et ont mené des études génétiques. En utilisant 10.343 gènes, 306 protéines présentes dans le sang, 722 métabolites et 6.909 types de microbes comme marqueurs, les auteurs de l’étude ont identifié quatre voies biologiques du vieillissement du corps: métabolique, immunitaire, hépatique et néphrotique.

Quoi qu’il en soit, l'appartenance à l'un de ces types ne signifie pas que d'autres n'apparaîtront pas. Cette typologie indique la direction dans laquelle l'augmentation des biomarqueurs vieillissants est la plus prononcée, mais les catégories ne s'excluent pas les unes les autres et peuvent être combinées, a déclaré Michael Snyder, directeur de l’étude, cité dans un communiqué de presse de l’université de Stanford.

La médecine avance pour aider l’homme à bien vieillir

«Nous voyons clairement comment les gens vieillissent au niveau moléculaire, et il y a une très grande différence non seulement dans la façon dont une personne vieillit, mais aussi dans la rapidité avec laquelle elle vieillit», a-t-il relevé.

Cette étude est importante car le type de vieillissement indique quelle partie de l’organisme s’use le plus rapidement. Quand on le sait, on peut changer de mode de vie et ralentir ainsi le processus. Les auteurs de l’étude espèrent qu’à l’avenir, les médecins pourront mieux anticiper la dégradation de la santé de leurs patients et individualiser les traitements.

Sputnik


Tags: