Cinq questions sur les manifestations géantes en Catalogne

  18 Octobre 2019    Lu: 641
 Cinq questions sur les manifestations géantes en Catalogne

Des militants indépendantistes occupent l'aéroport de Barcelone (Espagne), le 14 octobre 2019. (PAU VENTEO / NURPHOTO / AFP)

Barricades en feu, charges policières, routes et voies ferrées coupées... Des heurts opposant militants indépendantistes et forces de l'ordre ont éclaté en Catalogne, mercredi 16 octobre. Selon les autorités locales, 97 personnes ont été blessées et 33 arrêtées lors de cette troisième nuit consécutive de violences. Jeudi, des dizaines de milliers d'indépendantistes ont poursuivi leur mobilisation contre la condamnation de leurs dirigeants par la justice espagnole. Vendredi, une grande manifestation est prévue à Barcelone, à l'occasion d'un jour de grève générale.

Franceinfo vous explique pourquoi la situation s'est une nouvelle fois embrasée dans cette région du nord-est de l'Espagne.

Pourquoi les indépendantistes manifestent-ils ?

La mobilisation a démarré lundi 14 octobre, après la condamnation de neuf dirigeants séparatistes pour leur rôle dans la tentative de sécession de la Catalogne en 2017. Accusés de sédition et de désobéissance, ils ont écopé de peines allant de neuf à treize ans de prison. Les organisations séparatistes Omnium et ANC, ainsi que la plateforme "Tsunami démocratic", ont aussitôt appelé à des actions pour protester contre la décision de la Cour suprême espagnole. Le leader indépendantiste Carles Puigdemont, en exil à Bruxelles, a par ailleurs dénoncé une "atrocité" sur son compte Twitter, s'indignant de ces "100 années de prison au total". 

Cette condamnation a accentué la frustration d'une partie de la base séparatiste, deux ans après l'échec de l'autodétermination de la Catalogne. Depuis 2012, les indépendantistes se targuaient de leurs énormes marches colorées de centaines de milliers de personnes, parfaitement chorégraphiées, dans une ambiance paisible et familiale. Le mouvement s'était lui-même baptisé "la révolution des sourires". Mais après la crise de 2017, l'amertume a commencé à gagner certaines franges. "Les sourires sont terminés", chantaient à l'unisson des militants dans certaines manifestations récentes.

Aux commandes du gouvernement régional et dominant le Parlement, les indépendantistes ne représentent toutefois pas la majorité des 7,5 millions de Catalans. D'après le dernier sondage publié en juillet par le gouvernement régional, 44% de la population est favorable à l'indépendance tandis que 48,3% s'y oppose.

Que s'est-il passé depuis la condamnation des séparatistes ?

Des milliers d'indépendantistes en colère sont descendus dans les rues de Barcelone lundi avant de bloquer l'aéroport de la ville. Au total, 108 vols ont été annulés, selon le gestionnaire aéroportuaire Aena. De nombreux voyageurs ont été contraints de quitter leurs véhicules sur l'autoroute pour rejoindre le terminal à pied avec leurs valises, alors que des heurts éclataient dans l'aéroport entre policiers et militants. A Gérone, les voies ferrées ont été occupées et détérioriées et la liaison entre Barcelone et la France a été coupée.

Des incidents ont à nouveau éclaté en marge des rassemblements, mardi soir. Environ 40 000 personnes ont participé à la manifestation dans la capitale catalane, avant que les heurts n'opposent quelques centaines de militants aux forces de l'ordre, qui ont chargé. Selon les autorités locales, 51 personnes ont été interpellées et 125 ont été prises en charge par les secours à Barcelone.

L'escalade de violences s'est poursuivie mercredi, les Mossos (les policiers catalans) signalant pour la première fois des jets d'acide et de cocktails molotov. De nombreuses voitures et poubelles ont été brûlées. Des violences ont également éclaté dans d'autres villes comme Tarragone et Lérida.

Des dizaines de milliers d'indépendantistes ont poursuivi leur mobilisation, jeudi dans la journée. Quelque 25 000 étudiants en grève ont défilé dans les rues de Barcelone et lancé des œufs et du papier toilette sur les forces de l'ordre, selon la police municipale. Des routes ont à nouveau été coupées, notamment en raison des marches de milliers de séparatistes partis mercredi de cinq villes pour "paralyser" la région. Un nouveau rassemblement à l'appel des militants radicaux des Comités de défense de la République (CDR) était prévu dans la soirée, faisant craindre de nouvelles violences.

Quelles sont les prochaines actions prévues ?

La mobilisation doit avoir pour point d'orgue une grande manifestation à Barcelone, vendredi. Des cortèges partis mercredi de cinq villes de Catalogne doivent converger dans la ville catalane, à l'occasion d'un jour de grève générale. Le constructeur automobile Seat a indiqué avoir mis à l'arrêt son usine de Martorell, près de Barcelone, jeudi après-midi et vendredi. La fédération des transporteurs a recommandé à ses adhérents d'avancer leurs livraisons ou de chercher des routes alternatives.

"Tsunami Democratic" a par ailleurs appelé à un autre rassemblement géant à Barcelone, le samedi 26 octobre. La manifestation pourrait ainsi affecter le fameux Clasico prévu le même jour entre le FC Barcelone et le Real Madrid. Face au risque de violences, la Ligue de football professionnel espagnole (LFP) a demandé à ce que le match se joue dans la capitale, et non en Catalogne.

La Sociedad Civil Catalana, une plateforme défendant l'unité de l'Espagne, a de son côté appelé à une manifestation à Barcelone le dimanche 27 octobre. Cette date marquera les deux ans de l'échec de la déclaration d'indépendance par le Parlement catalan.

Comment réagissent les autorités catalanes ?

Le président indépendantiste catalan, Quim Torra, a fini, jeudi, par condamner les violences survenues dans la région. "Nous ne pouvons pas permettre les incidents que nous voyons dans les rues (...), cela doit s'arrêter immédiatement", a-t-il déclaré, quelques heures après que le Premier ministre espagnol, Pedro Sanchez, lui avait demandé de "condamner clairement et sans l'excuser le recours à la violence".

Devant le Parlement catalan, Quim Torra a déclaré qu'il fallait "isoler" et "marginaliser" les "provocateurs et les agitateurs" qui prennent part aux manifestations indépendantistes. Il a également annoncé avoir demandé à son ministre de l'Intérieur d'enquêter sur d'éventuels recours excessifs à la force par la police régionale, note La Vanguardia (en espagnol).

Quim Torra a toutefois défié l'Etat espagnol devant le Parlement catalan, en proposant d'organiser un nouveau référendum d'ici 2021. "Nous ne pouvons pas nous permettre de faire un pas en arrière dans la défense inaliénable de notre droit à l'autodétermination. La peur et les menaces ne nous vaincront pas", a-t-il lancé, en promettant de parvenir à l'indépendance d'ici deux ans.

Quelle est la réponse de Madrid ?

Pedro Sanchez, a consulté les chefs des principaux partis politiques mercredi. Le socialiste n'a pas annoncé de mesures draconiennes, réclamées par l'opposition de droite à moins d'un mois des élections législatives (le 10 novembre). Le Parti populaire (PP), qui était au pouvoir en 2017, appelle le gouvernement à reprendre le contrôle des forces de l'ordre actuellement confié à la région autonome, voire de suspendre l'autonomie de la Catalogne comme Madrid l'avait fait après la tentative de sécession.

Le Premier ministre espagnol a assuré jeudi que Madrid répondait par la "fermeté, l'unité et la proportionnalité". "Nous allons moduler notre réponse en fonction de l'attitude et des décisions que prendront les responsables du gouvernement régional catalan", a-t-il ajouté, cité par El Pais (en espagnol). Le ministère de l'Intérieur a toutefois d'ores et déjà annoncé que des renforts policiers allaient être envoyés cette semaine en Catalogne.

France Info


Tags: Catalogne   tensions