Afghanistan: nouveau record de victimes civiles au 3e trimestre

  17 Octobre 2019    Lu: 679
 Afghanistan:  nouveau record de victimes civiles au 3e trimestre

Le nombre de victimes civiles a atteint un niveau «sans précédent» lors du troisième trimestre de cette année en Afghanistan, a annoncé jeudi l'ONU, en qualifiant la violence de «totalement inacceptable».

La Mission de l'ONU en Afghanistan (Manua) a recensé 1174 civils tués et 3139 blessés entre le 1er juillet et le 30 septembre, soit une augmentation de 42% par rapport au troisième trimestre 2018, selon son rapport trimestriel. «C'est le plus grand nombre de victimes civiles enregistré (...) au cours d'un seul trimestre» depuis 2009, quand l'ONU a démarré un décompte systématique des pertes civiles, selon la Manua. Juillet a été le mois le plus sanglant ces 10 dernières années, avec 425 morts, de même source.

Les violences touchant les civils ont augmenté au troisième trimestre «alors même que les pourparlers entre les Etats-Unis et les talibans progressaient à Doha en juillet et en août», a remarqué la Manua. Ces discussions visaient à obtenir un retrait des forces américaines du pays en échange entre autres d'une baisse des violences et du lancement d'un dialogue inter-afghan. Elles ont été suspendues début septembre par le président américain Donald Trump.

Une campagne électorale sanglante

Pour les neufs premiers mois de l'année, la Manua a enregistré 2563 civils tués, dont 261 femmes et 631 enfants (soit 34% des tués au total), ainsi que près de 5700 blessés. Sur l'ensemble des victimes (tués et blessés), les femmes (923) et enfants (2461) représentent 41%. L'année en cours a été marquée par une campagne électorale sanglante pour l'élection présidentielle du 28 septembre, et une poursuite des combats opposant les talibans aux forces gouvernementales.

Le «degré de violences liées aux élections (...) est resté relativement bas dans les mois menant au jour du scrutin, comparé aux élections parlementaires de 2018», a observé la Manua. Mais deux attentats en juillet et septembre ont fait à eux seuls 51 morts. Les talibans, qui avaient juré d'empêcher la tenue du scrutin, sont responsables de 95% des 277 victimes civiles (dont 28 morts) enregistrés le jour des élections, selon la mission de l'ONU. Selon la Manua, la hausse du nombre des victimes civiles lors du troisième trimestre est «avant tout due aux (...) éléments anti-gouvernementaux».

Quelque 42% des tués et blessés l'ont été du fait d'attaques-suicide ou d'explosifs. Les pertes liées à des combats viennent ensuite (29%), suivies par les attaques aériennes (11%), qui sont le seul fait des forces gouvernementales et américaines. Outre les talibans, le groupe djihadiste Etat islamique en Afghanistan, d'obédience sunnite, a revendiqué un attentat contre des chiites qui avait tué 91 participants à un mariage à Kaboul le 17 août.

Près de 600 civils tués par des frappes aériennes

Mais les forces pro-gouvernementales ont tué presque autant de civils que les insurgés de janvier à septembre (1.149 morts contre 1.207), même si elles ont causé trois fois moins de blessés. 484 morts sont imputables aux forces de sécurité afghanes contre 468 pour les forces militaires internationales, le reste étant imputé à des groupes armés pro-gouvernementaux. La mission de l'ONU a mis l'accent dans son rapport sur le nombre croissant de victimes d'attaques aériennes.

«La Manua enregistre une hausse continue des pertes civiles dans des opérations aériennes depuis 2014, avec les forces militaires internationales responsables d'une majorité des pertes civiles dans ce type d'incident depuis 2018», dit le rapport. Sur les neuf premiers mois de 2019, les frappes aériennes ont tué 579 civils et en ont blessé 306. Une attaque récente, le 22 septembre, contre une cellule supposée liée à Al-Qaïda dans la province du Helmand (sud), a tué 15 civils dont cinq femmes et six enfants, selon la Manua.

«Les victimes civiles sont totalement inacceptables, particulièrement en tenant compte du fait largement accepté qu'il n'y a pas de solution militaire au conflit», a affirmé le représentant des Nations unies pour l'Afghanistan, Tadamichi Yamamoto. (AFP)


Tags: Afghanistan   victimes