Trump : PKK est probablement pire que Daech

  17 Octobre 2019    Lu: 718
Trump : PKK est probablement pire que Daech

Le président américain, Donald Trump, a déclaré, mercredi, que l'organisation terroriste PKK est probablement pire que Daech en termes de terrorisme et de menace terroriste.

C'est ce qui ressort d'une conférence de presse conjointe avec son homologue italien, Sergio Mattarella, tenue mercredi à la Maison Blanche.

Interrogé sur sa réaction après le lancement de l'opération turque Source de Paix dans le nord de la Syrie, Trump a répondu : "La décision (du président turc Recep Tayyip) Erdogan ne m'a pas surpris, parce qu'il voulait le faire depuis longtemps et mobilise des soldats à la frontière avec la Syrie depuis longtemps aussi".

Trump a rappelé le retrait des troupes américaines du nord de la Syrie ajoutant que "la Turquie et l'YPG/PKK sont en guerre depuis longtemps et sur les frontières syriennes aussi... ce sont les frontières de la Syrie, et je me demande pourquoi nous protégeons les territoires d'un pays qui n'est pas notre ami".

"La Syrie (le Régime syrien) a également des relations avec les Kurdes, et ils (YPG/PKK) ne sont pas des anges", a-t-il martelé.

Il a souligné que les Etats-Unis luttent contre l'organisation terroriste Daech, indiquant "sur plusieurs plans, le PKK est probablement pire que Daech en termes de terrorisme et de menace terroriste".

"Oui, ils ont combattu à nos côtés, mais nous avons dépensé beaucoup d'argent pour eux. Il y a une affaire entre la Turquie et la Syrie, et ils doivent la résoudre par eux-mêmes, nous n'avons rien à faire là-bas", a-t-il poursuivi.

Il a noté la possibilité que le Régime syrien avance vers la frontière turque, en ajoutant : "La Syrie peut avoir l'aide de ses alliés (sur la frontière turque), elle peut faire intervenir la Russie".

Trump a dit comprendre le désir du Régime syrien de protéger son territoire, en ajoutant "mais il n'y a rien que les Etats-Unis puissent faire. Je me demande: est ce qu'il faut entrer en gurre avec un pays membre de l'OTAN (Turquie) pour protéger l'unité du territoire de la Syrie qui n'est pas notre amie? Je ne pense pas".

Il a fait allusion à la visite de son adjoint Mike Pence et le Secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo en Turquie, en notant que "son pays a imposé plusieurs sanctions à la Turquie, et pourrait en rajouter encore".

Trump a ajouté que Pence rencontrera le président turc Recep Tayyip Erdogan jeudi, en espérant que cette réunion soit fructueuse.

Le président américain a expliqué qu'il oeuvre à rapatrier ses soldats: "certains veulent que je reste ici (en Syrie) à jamais et que je mène la guerre pour toujours. Plusieurs entreprises veulent que je fasse la guerre parce qu'elles produisent les armes, et cela ne sert pas la paix mais plutôt la guerre".

Il a en outre souligné qu'il s'était entretenu avec le chef des Forces démocratiques syriennes (contrôlées par l'YPG/PKK), Madhloum Abdi, mardi, et qu'il l'avait informer de ne pas ouvrir les portes des prisons dans lesquelles sont détenus les membres de Daech et de ne pas les libérer".

Le 9 octobre courant, l'Armée turque avait lancé conjointement avec l'Armée Nationale Syrienne (ANS), l'opération Source de Paix, à l'est de l'Euphrate, contre les organisations terroristes YPG/PKK et Daech, l'objectif étant d'anéantir le projet de corridor du terrorisme établi près des frontières sud de la Turquie et de rétablir la paix et la sérénité dans cette région syrienne occupée par les organisations terroristes.

AA


Tags: Trump   PKK   Daech