La Chine se retire d'un projet gazier en Iran, annonce Téhéran

  06 Octobre 2019    Lu: 731
La Chine se retire d

Le ministre iranien du Pétrole, Bijan Namdar Zanghaneh. AFP Photo/Atta Kenare

Le géant pétrolier étatique chinois CNPC s'est retiré d'un projet gazier en Iran, a indiqué dimanche le ministre iranien du Pétrole, précisant que la société d'Etat iranienne Petropars allait reprendre l'ensemble du projet.

L'immense champ gazier de South Pars, dans le Golfe, devait être exploité par le Français Total, la China National Petroleum Corporation (CNPC) et Petropars, selon un accord de 2017 d'un montant de 4,8 milliards de dollars (environ 4,3 milliards d'euros).

Total s'est désengagé du projet en 2018 après le retrait américain de l'accord sur le nucléaire iranien de 2015 et le rétablissement de sanctions par Washington contre le secteur énergétique iranien notamment, qui avaient été suspendues en vertu de l'accord.

"La phase 11 (de South Pars) sera entièrement exploitée par la compagnie Petropars", a déclaré le ministre du Pétrole Bijan Namdar Zanghaneh, selon le site internet de son ministère. A la question de savoir si la compagnie CNPC avait abandonné le projet, M. Zanghaneh a répondu "oui". Il a précisé que la société étatique iranienne n'avait pas pris les commandes du projet dès le départ car "nous voulions attirer des investissements étrangers", et Petropars était "censée apprendre aux côtés de ces entreprises (internationales)".

Petropars a signé en septembre un accord d'un montant de 440 millions de dollars (environ 400 millions d'euros) avec une autre compagnie publique, Pars Oil & Gas Company, pour exploiter le champ gazier offshore de Balal dans le Golfe.

Depuis le retrait américain du pacte de 2015, qui prévoyait la levée d'une partie des sanctions internationales en échange d'une limitation drastique du programme nucléaire iranien, les Iraniens entendent faire pression sur les autres Etats parties à l'accord (France, Allemagne, Royaume-Uni, Russie et Chine) pour qu'ils l'aident à contourner les sanctions américaines et, en premier lieu, à exporter son pétrole. (AFP)


Tags: Chine   Iran