Bakou réagit au MAE arménien: «Notre patience n’est pas illimitée»

  27 Août 2019    Lu: 598
 Bakou réagit au MAE arménien: «Notre patience n’est pas illimitée»

« Le 27 août, le ministre des Affaires étrangères de la République d'Arménie, s'adressant aux responsables de l'appareil central du ministère des Affaires étrangères, ainsi qu'aux missions diplomatiques et consulaires de ce pays, a eu recours à des attaques anti-azerbaïdjanaises qui étaient loin de la réalité et ne correspondaient pas à l’essence même des négociations »

C'est ce qu'a déclaré dans communiqué le ministère des Affaires étrangères d'Azerbaïdjan.

« A cet égard, il convient de souligner une fois de plus que le Haut-Karabakh était, est et sera une partie intégrante de la République d'Azerbaïdjan. Toute la communauté mondiale reconnaît ce fait et condamne sans équivoque l'occupation des territoires de l'Azerbaïdjan par l'Arménie. Il n’existe pas de concept de «peuple du Haut-Karabakh», mais il existe la communauté arménienne et azerbaïdjanaise dans cette région de l’Azerbaïdjan. Le modèle de règlement du conflit arméno-azerbaïdjanais du Haut-Karabakh accepté sur le plan international est basé sur les normes et principes du droit international, en cohérence avec les décisions respectives de l'ONU, de l'OSCE et d'autres organisations internationales, principalement les quatre résolutions du Conseil de sécurité des Nations Unies. Entre-temps, les coprésidents du Groupe de Minsk de l'OSCE ont proposé des mesures concrètes dans le cadre d'un règlement pacifique, qu'ils ont à maintes reprises exprimées, notamment dans leur dernière déclaration du 9 mars de cette année.

L'Azerbaïdjan, en tant qu'État multiethnique doté d'une société multiculturelle reconnue sur le plan international, ne peut être comparé à l'Arménie monoethnique, qui a expulsé l'ensemble de la population azerbaïdjanaise de ses terres ancestrales, sur lesquelles se trouve aujourd'hui ce pays, et qui a en outre commis un nettoyage ethnique monstrueux dans les territoires occupés de l'Azerbaïdjan, lorsque la tragédie de Khodjaly est devenue l'apogée.

Les tentatives du ministre arménien des Affaires étrangères de justifier d'une manière ou d'une autre les intentions agressives de son pays, faisant référence au droit du peuple à l'autodétermination, qui implique la libre expression de la volonté des citoyens, ne sont en aucune manière compatibles avec le droit international ou le sens commun. Il est impossible de défendre les droits d’une partie de la population de quelque territoire que ce soit, tout en violant complètement les droits de l’autre partie.

Les droits de la communauté azerbaïdjanaise du Haut-Karabakh, actuellement sous occupation des forces armées arméniennes, ont été violés en masse en raison de l'agression de l'Arménie contre l'Azerbaïdjan. Et seulement après le rétablissement des droits fondamentaux de la communauté azerbaïdjanaise du Haut-Karabakh de la République d'Azerbaïdjan de retourner dans leur foyer et d'y vivre décemment, il sera possible de discuter spécifiquement des formes de réalisation des droits des habitants de la région à l'autonomie gouvernementale.

La dernière déclaration du ministre des Affaires étrangères de l'Arménie sur la consommation intérieure révèle une tendance très dangereuse à aggraver le conflit, plutôt que de le résoudre pacifiquement, comme le demande si ardemment Z. Mnatsakanyan.

L'Arménie devrait décider si elle veut la paix ou l'escalade?! Il y a une impression que les dirigeants arméniens actuels sont consciemment enclins à aggraver la situation, plutôt que de la régler. Malheureusement, nous devons admettre qu'Erevan est aujourd'hui un annexionniste et n'a pas de positions réalistes. Cependant, quelle que soit la situation, il est évident que l’Azerbaïdjan ne se réconciliera jamais avec le statu quo existant fondé sur l’occupation. Notre patience n’est pas illimitée », a affirmé le ministère azerbaïdjanais des Affaires étrangères.

Azvision.az


Tags: Azerbaïdjan   Arménie   Karabakh