Révolution anatomique: de nouveaux organes découverts dans le corps humain

  23 Août 2019    Lu: 212
 Révolution anatomique:  de nouveaux organes découverts dans le corps humain

Des chercheurs ont récemment découvert un nouvel organe chez les animaux et les humains, qui nous permet de percevoir la douleur. Ce n'est pas la première percée dans le domaine de l'anatomie humaine ces dernières années: des microscopes puissants permettent d'observer dans l'organisme des structures insoupçonnées.

Une découverte inattendue
L'an dernier, des médecins du centre médical de Mount Sinaï (États-Unis) ont examiné un patient pour un dépistage de cancer. Pendant l'endoscopie - procédure par laquelle les organes internes sont visionnés avec un endoscope introduit par voie orale - les spécialistes ont remarqué une structure inhabituelle dans les tissus des canaux biliaires: un système de cavités dans le tissu conjonctif, formant une sorte de réseau.

Les spécialistes ont prélevé des échantillons et l'analyse a révélé que le nouveau micro-organe était invisible lors d'un examen histologique ordinaire à cause des solutions spéciales utilisées pendant la procédure.

Les chercheurs ont ensuite trouvé de telles structures dans d'autres tissus: dans les couches sous-muqueuses de tout le tractus gastro-intestinal, de la vessie et d'autres tissus mous autour des bronches et des artères. En d'autres termes: là où l'organisme est soumis à une contraction permanente. C'est la raison pour laquelle les scientifiques ont supposé que la fonction principale des cavités découvertes était purement mécanique. Elles pourraient également jouer un rôle dans la formation d'œdèmes et la fibrose (augmentation anormale de la quantité de tissu conjonctif fibreux).

Un système de défense
Six mois plus tard, le micro-organe inconnu a été rapporté par des chercheurs de l'Institut de recherche médicale de Garvan (Australie). En étudiant les échantillons de ganglions prélevés sur l'homme et sur l'animal, les spécialistes y ont découvert des structures plates et fines dont on a pu  établir qu'elles faisaient partie du système immunitaire. Ces structures se composaient essentiellement de cellules immunitaires, les lymphocytes B, capables de se transformer en une variété de cellules T qui mémorisent la réponse immunitaire à une infection.

L'organe a été nommé «foyer prolifératif sous-capsulaire». Il se forme dans la partie supérieure des ganglions en cas de nouvelle apparition de bactéries pathogènes dans l'organisme. Les cellules de la mémoire s'y divisent activement et se transforment en anticorps à vie courte, plasmatiques et productifs, qui neutralisent les pathogènes.

La fonction principale de cet organe consiste à créer une réponse immunitaire rapide pour que l'individu ne meure pas. On sait que les bactéries sont capables de se multiplier toutes les 20-30 minutes. C'est la raison pour laquelle la vaccination est importante. Elle déclenche l'immunité pour qu'en cas de nouvelle rencontre avec un excitateur, la réaction soit immédiate.

Un organe spécial pour la douleur
On estimait pendant longtemps que sur la peau se trouvaient des terminaisons nerveuses spéciales qui réagissaient aux irritants et envoyaient un signal de douleurimmédiatement au cerveau. Récemment, il a été déterminé que les animaux (et très probablement les hommes) possédaient un organe spécial responsable de la perception de la douleur.

Ce dernier se situe sous la couche supérieure de la peau, l'épiderme, et se compose de neurones étroitement entremêlés et de cellules gliales auxiliaires (Schwann). Ces dernières jouent généralement le rôle de ruban isolant en entourant les pousses de neurones. Mais en l'occurrence, la chaîne complexe de pousses de cellules de Schwann cohabite avec ce qu'on appelle les neurones nociceptifs, c'est-à-dire nus. Ces groupes de cellules nerveuses et gliales sont séparés du reste du tissu par des fibres de substance intercellulaire et réagissent aux actions mécaniques telles que les coupures, la pression ou les brûlures. Autrement dit, elles fonctionnent comme un organe sensoriel.

Des chercheurs de l'institut Karolinska (Suède) ont présenté le travail sur l'organe neuro-glial - c'est ainsi qu'a été appelée la nouvelle structure - sur les souris. Dans les cellules des rongeurs a été introduit un gène assurant une réaction des cellules de Schwann aux ondes lumineuses d'une certaine longueur. Sous la lumière, les animaux retiraient leurs pattes et se comportaient comme s'ils ressentaient une douleur: ils léchaient les extrémités et les secouaient. En cas de blocage des cellules de Schwann, les souris devenaient moins sensibles: elles ne réagissaient pas aux objets tranchants, froids et chauds.

Une autoépuration du cerveau   
Ces dernières années, une réponse a été donnée à une autre question importante: comment le cerveau se purifiait des produits secondaires du métabolisme. Il s'avère que dans la dure-mère se trouvent des vaisseaux lymphatiques faisant partie du système lymphatique de tout l'organisme. Les fines molécules de substances polluantes, par exemple les béta-amyloïdes liées au développement de la maladie d'Alzheimer, y pénètrent et sont éliminées du cerveau avec la lymphe.

 

Grâce à cinq volontaires âgés entre 28 et 53 ans, le monde entier a vu comment ce système fonctionnait. Les sujets se faisaient introduire du gadobutrol - une substance dont les molécules sont suffisamment petites pour passer des vaisseaux sanguins aux vaisseaux lymphatiques. Sachant qu'elles ne pouvaient pas franchir la barrière hématoencéphalique et pénétrer dans d'autres parties du cerveau. Au final, les images IRM ont révélé un réseau ramifié de vaisseaux lymphatiques.

La lymphe, un liquide incolore contenant des cellules immunitaires et des produits du métabolisme, y passe pour aller du cerveau vers les ganglions lymphatiques cervicaux. Au même endroit, mais via les vaisseaux sanguins, se retrouvent les globules blancs (leucocytes). Grâce à ces derniers, les ganglions relancent les cellules immunitaires dans le circuit. De cette manière, le système de défense de l'organise sait si un organe se trouve en situation de danger.

Sputnik


Tags: Révolutionanatomique