L'Arménie organise différents types de spectacles sous le nom d'«élection», MAE

  23 Août 2019    Lu: 407
  L

La porte-parole du ministère azerbaïdjanais des Affaires étrangères, Leyla Abdullayeva, a commenté les informations parues dans les médias arméniens selon lesquelles le gouvernement arménien « a alloué pour la première fois des fonds à des ONG étrangères pour surveiller les élections dans le Karabakh non reconnu ».

Elle a souligné que ce n'était pas pour la première fois que les Arméniens organisaient dans ces territoires, différents types de spectacles, qu’ils appelaient des «élections» ou un «référendum»: «Selon leurs résultats, la communauté internationale tout entière déclare invariablement sa position de principe en ce qui concerne le soutien à la souveraineté et à l’intégrité territoriale de l'Azerbaïdjan, la non-reconnaissance du régime illégal, ainsi que des «élections» qu’elle tient ».

Abdullayeva a noté qu'en allouant des fonds au suivi des «élections» dans les territoires occupés d'Azerbaïdjan, le gouvernement arménien a de nouveau reconnu qu'il contrôlait la région du Haut-Karabakh et les districts environnants, confirmant ainsi la conclusion pertinente de la CEDH contenue dans son jugement de 2015 dans l'affaire «Chiragov et autres c. Arménie».

Enfin, les tentatives visant à présenter les soi-disant «élections locales» dans les territoires occupés de l'Azerbaïdjan comme un indicateur de la démocratie ne résistent pas aux critiques. L'ensemble de la communauté internationale condamne les actes de destruction massive de la population azerbaïdjanaise, le nettoyage ethnique et la violation des droits fondamentaux de centaines de milliers de personnes déplacées à l'intérieur du pays. L'Arménie, responsable de tous ces délits internationaux, ne peut en aucun cas prétendre au statut d'exportateur de la démocratie », a affirmé Abdullayeva.

Elle a noté que le gouvernement arménien, au lieu de tentatives désespérées de créer une fausse apparence de «l'exportation de la démocratie» vers le Karabakh occupé par lui, devrait réfléchir aux problèmes urgents de leurs propres citoyens.

«En outre, ses actions ne doivent pas aller à l'encontre de la logique consistant à faire avancer le processus de négociation pour résoudre le conflit arméno-azerbaïdjanais du Haut-Karabakh et à préserver le statu quo fondé sur l'occupation illégale de territoires azerbaïdjanais reconnus internationalement», a-t-elle ajouté.

Azvision.az


Tags: Karabakh   élections   Arménie