«Jours noirs» de la diaspora arménienne: Qu'est-ce qui se passe?
- ANALYSE

  17 Juin 2019    Lu: 527
  «Jours noirs» de la diaspora arménienne:  Qu

La décision du tribunal administratif de Grenoble de la République française du 6 juin 2019 sur l'abolition des «chartes» illégales conclues entre le département de la Drôme et le prétendu régime séparatiste dans la région azerbaïdjanaise occupée du Haut-Karabakh, ainsi qu’entre les communes françaises de Bourg-lés-Valence, Valence et Bourg-de-Péage et les «autorités locales» établies par le prétendu régime dans les villes azerbaïdjanaises occupées de Choucha, Khankendi et Khodjavend, est un problème assez important et remarquable. Il semble que le lobby et la diaspora arméniens, qui ont été très puissants en France, perdent leur soutien et leur influence.

Pour aller au fond des choses, la diaspora et le lobby arméniens traversent actuellement une période difficile dans l'hémisphère occidental. L'année dernière, le parti d'extrême droite l'Alternative pour l'Allemagne (AfD) du Bundestag a adressé une petite demande au gouvernement allemand sur le thème «Relations entre l'Allemagne et l'Arménie». Le gouvernement de la République fédérale d'Allemagne a répondu à la demande par cette déclaration: «L'Allemagne considère que la région du Haut-Karabakh et sept districts adjacents contrôlés par les forces armées arméniennes font partie de l'Azerbaïdjan ». La diaspora arménienne aux États-Unis ne cache pas qu’elle a des problèmes financiers et ne peut pas collecter suffisamment d’argent. L'année dernière, après une série d'opérations menées contre la mafia arménienne en Espagne et en Allemagne, l'Europe a eu une idée précise des crimes arméniens. En conséquence, leurs soutiens moraux et sociaux se sont considérablement affaiblis en Europe.

Maintenant, en France, où les Arméniens sont traditionnellement très puissants, le tribunal administratif de Grenoble a aboli 5 «chartes» illégales signées avec le prétendu régime séparatiste dans la région occupée du Haut-Karabakh en Azerbaïdjan. En fait, cela signifie que le lobby et la diaspora arméniens n’ont jamais été aussi impuissants et aussi incapables en Europe. Qu'est-ce qui se passe?

D'une part, un processus de changement générationnel est en cours au sein du lobby et de la diaspora arméniens en Europe. La nouvelle génération ne comprend pas de personnalités puissantes et connues telles que Charles Aznavour, Montserrat Caballé et Baroness Cox. La plupart des nouveaux militants sont des politiciens de niveau moyen ou bas qui ont été impliqués dans des activités illégales. Une grande partie d'entre eux ne peuvent pas établir de relations normales avec le gouvernement Pashinian.

Deuxièmement, et plus important encore, l'influence de l'Azerbaïdjan sur les gouvernements et les sociétés occidentaux s'est notablement accrue. Les travaux effectués dans ce sens montrent des résultats: nous pouvons maintenant transférer facilement et confortablement les informations nécessaires à la communauté occidentale. Leur approche envers les intérêts de l'Azerbaïdjan est beaucoup plus sensible, ce qui n'a jamais été le cas auparavant. Tout le monde comprend maintenant que l’Azerbaïdjan et l’Arménie sont incomparables: si l’Arménie est «une lourde valise sans poignée», l’Azerbaïdjan est un partenaire profitable et contributif.

Troisièmement, ces dernières années, l’effet politique des événements mondiaux - forums, compétitions sportives - a déjà commencé à se manifester. À l'époque, nous avons dit qu'il s'agissait d'investissements à long terme. Et voilà: ces investissements apportent déjà leurs dividendes politico-diplomatiques.

Quatrièmement, les tentatives de l’Arménie de mener une politique équilibrée et multilatérale comme l’Azerbaïdjan ont échoué. La politique multilatérale est un concept très complexe et difficile que l'Arménie ne peut pas mettre en œuvre. Le potentiel de l'Arménie ne le permet pas. Ce pays ne peut être que le vassal de n'importe quelle force. Et il semble que les intentions des Arméniens de servir simultanément deux maîtres échouent et suscitent actuellement l'irritation de l’Occident. Ces tentatives donc tournent contre eux-mêmes.

Cette tendance est clairement ressentie dans les médias occidentaux et les opinions des experts. Certains demandent ouvertement: Qu'est-ce que ça veut dire de rejoindre en même temps les campagnes de l'OTAN et de la Russie? À quel jeu jour l'Arménie en adhérant à l'Organisation du traité de sécurité collective, une alliance militaire conduite par la Russie, ainsi qu'à l'Union économique eurasiatique, en souhaitant adhérer à l'UE, en signant un accord de partenariat et en élargissant sa coopération avec l'OTAN?

Bien sûr, c'est très bien de profiter simultanément de deux maîtres. Mais ces maîtres font comprendre que c'est l'heure de faire un choix. Parce que la choix stratégique, le partenariat stratégique est une affaire sérieuse. Et en avançant dans cette direction, il serait difficile pour l'Arménie de continuer à jouer un double jeu.

Le processus qui a débuté en France est seulement le commencement de l'effondrement du lobby arménien et de la diaspora en Europe. Ce processus va sans aucun doute s'aggraver pour les Arméniens à l'avenir.

Vussal Mammadov

Azvision.az


Tags: Arménie   diaspora   lobby