Ministre arménien de la Défense: «J'ai personnellement ordonné de tuer le militaire azerbaïdjanais»

  10 Juin 2019    Lu: 715
  Ministre arménien de la Défense:  «J

Le soldat de l’armée azerbaïdjanaise, Elchen Khalilov, est tombé en martyr à la suite d’un coup de feu tiré par l’ennemi en direction de la région de Terter du front. Quelques jours auparavant, le militaire azerbaïdjanais Agil Omarov avait été tué par un tireur d’élite arménien en direction d’Agdam.

Après le meurtre du militaire azerbaïdjanais Agil Omarov, la partie arménienne a annoncé le 1er juin qu'un soldat arménien Sipan Melkonyan avait été tué à la suite des tirs des positions azerbaïdjanaises dans la direction de Khojavend. Le ministère arménien de la Défense a affirmé qu'il se vengerait.

Le ministre arménien de la Défense, David Tonoyan, a confirmé aujourd'hui qu'il avait personnellement ordonné l'assassinat d'un soldat azerbaïdjanais en direction de la région de Terter du front.

Selon le service de presse du ministère arménien de la Défense, David Tonoyan a décoré les militaires "qui ont mené des actions punitives pour la mort de Sipan Melkonyan". Il est souligné que "des militaires de haut niveau ont rempli leur tâche".

Cette déclaration confirme une fois de plus qu'une série de provocations menées par les forces armées arméniennes sur la ligne de contact sont directement commandées par les dirigeants arméniens. Le ministre arménien de la Défense a personnellement ordonné de tuer le soldat azerbaïdjanais ou de «prendre des mesures punitives».

Il convient de noter qu'en réponse à la question d'un journaliste azerbaïdjanais lors du forum économique de Saint-Pétersbourg, le Premier ministre arménien Nikol Pashinyan a tenté de refuser l'implication de la direction arménienne dans des provocations sur la ligne de front, le meurtre d'un soldat azerbaïdjanais et la violation des accords conclus à Douchanbé.

Pashinyan a déclaré qu'une enquête avait été réalisée concernant le meurtre du soldat azerbaïdjanais. Selon le Premier ministre arménien, les armes des soldats arméniens qui étaient en service ce jour-là et les enregistrements vidéo ont été vérifiés et il a été établi que "les soldats arméniens n'avaient pas ouvert le feu". "Les éléments de preuve rassemblés" auraient été transférés à la partie azerbaïdjanaise.

Bien sûr, les déclarations de Pashinyan sont absurdes, il s’agit d’une provocation faite par un sniper spécialement entraîné. Les déclarations sur la vérification des armes des soldats arméniens ne visent qu’à échapper à toute responsabilité.

Azvision.az


Tags: Terter