Des chercheurs pensent avoir percé le mystère de la face cachée de la Lune

  22 Mai 2019    Lu: 262
Des chercheurs pensent avoir percé le mystère de la face cachée de la Lune

Après avoir étudié les données collectées par les sondes GRAIL, une équipe de chercheurs croit avoir compris la raison des différences entre les faces cachée et visible de la Lune. Une collision avec une protoplanète serait à l’origine de cette anomalie.

Des scientifiques ont rassemblé des données pour résoudre le mystère des deux différentes faces de la Lune, relate la revue JGR: Planets. Leurs découvertes récentes suggèrent qu'une collision pourrait être à l’origine de cette inégalité entre les deux faces.

Des simulations ont montré que la Lune, pendant sa première période d’existence, avait été violemment heurtée par un corps céleste d’une largeur comprise entre 720 et 780 kilomètres à une vitesse de 22.500 à 24.500 km/h. Cet impact expliquerait les différences énormes entre les deux faces du satellite, a expliqué Meng Hua Zhu de l'Université des sciences et de technologies de Macao, l'auteur principal de l’étude.

À la suite de cette collision, la face cachée de la Lune s’est trouvée recouverte d’une couche de dix kilomètres de débris qui ont été découverts en 2011 par les sondes GRAIL (Gravity Recovery and Interior Laboratory, une mission spatiale américaine de la NASA qui a réalisé un relevé très détaillé du champ de gravité de la Lune pour déterminer la structure interne de celle-ci), selon les scientifiques.

La face cachée de la Lune est en effet très différente de sa face visible de par ses nombreux cratères et collines. La face visible est également plus lourde que l’autre et plus plate. Les chercheurs tentaient depuis longtemps d’expliquer cette asymétrie, notamment par des inégalités dans le réchauffement et le refroidissement de la surface de la Lune «nouvelle-née» suite à l’influence de la gravité de la Terre ou des «bombardements» sur la face cachée.

Meng Hua Zhu et ses collègues ont cependant confirmé une autre version, selon laquelle un ou plusieurs «embryons de planètes» avaient heurté le satellite. Cela expliquerait pourquoi la couche recouvrant la face cachée, assez épaisse, contient des roches du manteau et des roches de cette couche.

La protoplanète qui a heurté la Lune n’a pas pu être un second satellite de la Terre, à en juger par la vitesse de la collision (6,8-7,2 km/s). Elle s’est formée non loin de l’endroit de la formation de la Terre et a circulé autour du Soleil, selon les chercheurs. Des interactions gravitationnelles avec d’autres corps célestes l’ont projetée sur l’orbite de la Terre et orientée vers la Lune avec laquelle elle est entrée en collision.

Sputnik


Tags: lune