Erdogan: "Netanyahu, tu es un tyran"

  13 Mars 2019    Lu: 463
 Erdogan: "Netanyahu, tu es un tyran"

Le Président de la République de Turquie, Recep Tayyip Erdogan, a très fermement fustigé le Premier ministre israélien, Benyamin Netanyahu, après son tweet le qualifiant de dictateur.

Le Chef de l’Etat turc a tenu, mercredi, un meeting électoral à Ankara, la capitale turque, dans le cadre de la campagne pour les élections municipales du 31 mars en Turquie.

Après un discours sur les questions de politique interne, Erdogan est revenu sur les propos de Netanyahu.

Dans un tweet publié mardi, le chef du gouvernement israélien avait qualifier Erdogan de "dictateur", après que celui-ci l’ai critiqué au sujet de ses propos racistes concernant les citoyens israéliens arabes.

"Netanyahu, reprends tes esprits. Tu es un tyran, un tyran qui massacre des enfants palestiniens de 7 ans", a-t-il d’abord déclaré, rappelant les crimes commis contre les Palestiniens.

"Tu ne fais pas de mal seulement aux Musulmans, tu le fais aussi aux Chrétiens dont tu ne respectes pas non plus les lieux saints."

Mais le Président turc ne s’est pas limité à répondre à Netanyahu, pour qui il n’a pas omis de rappeler que la justice de son propre pays le poursuit dans des affaires de corruption.

Il est aussi revenu sur les incidents vécus mardi quand les policiers israéliens ont pénétré de force sur l’Esplanade des Mosquées à Jérusalem, agressant des Palestiniens et faisant preuve d’aucun respect envers les lieux saints musulmans.

"Nous nous dresserons contre chaque attaque visant notre sainte mosquée. Même si tout le monde devait se taire, nous et notre peuple ne le ferons jamais. Nous allons poursuivre notre combat jusqu'à notre dernier souffle pour que Jérusalem soit gérée de manière conforme à l'importance qu'elle représente pour le monde islamique", a poursuivi Erdogan.

"Dans notre pays, nous n'avons jamais opprimé les Juifs, aucune synagogue n'a été la cible des attaques telles que les vôtres. Ne nous provoquez pas, nous ne tomberons pas dans votre piège. Mais nous allons demander des comptes sur la scène internationale", a-t-il encore indiqué.

AA


Tags: