Voiture autonome: les groupes allemands veulent unir leurs forces (presse)

  23 Janvier 2019    Lu: 814
  Voiture autonome:   les groupes allemands veulent unir leurs forces (presse)

Les principaux constructeurs et équipementiers automobiles allemands pourraient s'associer pour avancer ensemble dans la course à la voiture autonome, selon les médias allemands.

Volkswagen, BMW et Daimler, ainsi que les fournisseurs Bosch et Continental "évaluent" la possibilité d'une alliance pour développer la mobilité autonome, assure mercredi l'hebdomadaire Manager Magazin.

Lundi, le quotidien Handelsblatt avait déjà évoqué des discussions entre Daimler et BMW, tandis que l'agence Bloomberg avait fait état de pourparlers préliminaires entre ces deux constructeurs fin 2018.

BMW, qui coopère déjà avec Fiat et Intel, a indiqué à l'AFP que "d'autres entreprises sont intéressées par une collaboration" autour de sa plateforme "non exclusive" de conduite autonome.

"Des partenariats stratégiques et un important réseau de recherche et développement sont des facteurs de réussite essentiels" en raison des "investissements conséquents" nécessaires au développement de la voiture autonome, a de son côté expliqué à l'AFP un porte-parole de Volkswagen.

Ainsi, le groupe "envisage plusieurs projets en commun avec d'autres entreprises dans toutes les régions du monde", a-t-il ajouté, refusant pour autant -- comme son homologue chez BMW -- de commenter spécifiquement les différentes informations de presse.

Daimler, Continental et Bosch, qui travaille déjà avec Daimler, n'ont pas souhaité faire de commentaire.

La semaine dernière, Volkswagen et Ford ont annoncé une alliance portant sur les fourgons et pick-up visant à réduire considérablement leurs coûts de production, et comptent poursuivre les discussions sur un partenariat dans le domaine des véhicules électriques et autonomes et les services de mobilité.

Selon Manager Magazin, les discussions entre Volkswagen et Ford n'ont pas abouti à un accord plus large car le patron de VW, Herbert Diess, préférerait une alliance entre entreprises allemandes.

Ces discussions interviennent au moment où l'industrie automobile est lancée dans la course pour développer ces technologies coûteuses censées définir les modes de transport de demain, mais aux modèles économiques encore mal établis.

Cette incertitude et les sommes en jeu incitent à des alliances: Honda a par exemple investi récemment dans la filiale de technologies autonomes de General Motors.


Tags: Voitureautonome   Allemagne