La Russie rejette la piste terroriste dans l'explosion meurtrière du 31 décembre

  18 Janvier 2019    Lu: 383
La Russie rejette la piste terroriste dans l

Les enquêteurs russes ont réaffirmé privilégier la piste d'un accident dû au gaz comme cause de l'explosion qui a tué 39 personnes le 31 décembre dans un immeuble de l'Oural, rejetant des informations selon lesquelles il s'agissait d'une attaque terroriste du groupe Etat islamique.

"Depuis le début, le Comité d'enquête étudie toutes les versions possibles de la tragédie. A ce jour, la version d'une explosion due au gaz reste prioritaire", a indiqué dans un communiqué une porte-parole du Comité d'enquête russe, Svetlana Petrenko.

Jeudi soir, un article de Nabaa, une lettre d'information hebdomadaire du groupe jihadiste Etat islamique (EI), a évoqué la mort de "39 croisés russes, des dizaines de blessés et de disparus, dans une opération des soldats de l'Etat islamique dans le Caucase" à Magnitogorsk.

Selon la même source, qui ne constitue pas un canal de revendication habituel pour l'EI, "le retard pris dans la revendication après l'opération est dû à des raisons de sécurité".

"Aucune trace d'explosif ou de leurs composants n'a été découverte sur les lieux", a insisté la porte-parole du Comité d'enquête russe. "Je suggère que les journalistes ne fassent pas confiance aux déclarations d'organisations terroristes qui, c'est connu, revendiquent tous les incidents médiatisés à travers le monde", a-t-elle poursuivi.

L'explosion d'un immeuble d'habitation à Magnitogorsk, ville industrielle de l'Oural située 1.700 km à l'est de Moscou, avait fait 39 morts dans la matinée du 31 décembre. Le lendemain, également à Magnitogorsk, un minibus avait pris feu et explosé alors qu'il transportait des bouteilles de gaz, tuant trois personnes supplémentaires. Les autorités n'avaient fait aucun lien entre les deux explosions.

Près de 1.100 personnes habitaient dans le bâtiment en béton construit en 1973, à l'époque soviétique, dont 35 appartements ont été détruits à la suite de l'explosion. Le président russe Vladimir Poutine s'était rendu immédiatement sur les lieux

Les explosions de gaz meurtrières sont relativement fréquentes en Russie en raison d'infrastructures vieillissantes et de normes de sécurité souvent ignorées.


Tags: Russie   explosion