Ghosn risque 15 ans de prison, dit le parquet de Tokyo

  11 Janvier 2019    Lu: 357
Ghosn risque 15 ans de prison, dit le parquet de Tokyo

Carlos Ghosn vient d'être inculpé par le parquet de Tokyo d'abus de confiance aggravé. L'ancien administrateur Greg Kelly et le constructeur Nissan sont eux aussi inculpés pour malversations financières. Nissan a annoncé dans la foulée porter plainte contre son ancien Pdg.

Le PDG de Renault, Carlos Ghosn, en détention au Japon depuis son arrestation en novembre, a fait l'objet ce vendredi au Japon de deux nouvelles inculpations. Il encourt une peine maximale de 15 ans de prison, assure le parquet de Tokyo. Son avocat va par ailleurs déposer une demande de libération sous caution.

Le parquet a donc décidé de le poursuivre pour abus de confiance et pour avoir minoré ses revenus dans des rapports boursiers de Nissan entre 2015 et 2018. Il a déjà été mis en examen, le 10 décembre, pour avoir déclaré des rétributions amoindries sur les cinq années précédentes. L'ancien administrateur du groupe Greg Kelly et le constructeur Nissan sont eux aussi inculpés pour malversations financières.

Le constructeur d'automobiles japonais a aussi de nouveau été mis en examen pour sa responsabilité dans la dissimulation de revenus reprochée à son ancien PDG Carlos Ghosn sur la période 2015 à 2018, a annoncé le tribunal de Tokyo. Nissan, mis en cause en tant qu'entité morale ayant remis les rapports boursiers incriminés, avait déjà été inculpé le 10 décembre pour le même motif, mais sur les cinq années précédentes.

D'après le journal Nikkei, Carlos Ghosn a été inculpé d'abus de confiance aggravé pour avoir fait passer dans les comptes de Nissan des pertes sur des investissements personnels, et pour ne pas avoir déclaré l'intégralité de sa rémunération versée par le constructeur japonais sur les trois derniers exercices fiscaux.

Nissan Nissan a par ailleurs annoncé le dépôt auprès du tribunal de Tokyo d'une plainte au pénal contre son ancien président Carlos Ghosn après l'inculpation de ce dernier pour abus de confiance.

Le constructeur japonais a pris cette initiative "sur la base du détournement d'une somme importante des fonds de l'entreprise". "Nissan ne tolère en aucune façon de tels méfaits et réclame de sévères sanctions", ajoute le constructeur dans un communiqué. Nissan dit poursuivre son enquête interne.

Carlos Ghosn nie ces accusations
Arrêté le 19 novembre dernier au Japon, celui qui est toujours PDG de Renault et de l'alliance Renault-Nissan avait été inculpé une première fois, le 10 décembre, pour n'avoir déclaré que la moitié de sa rémunération
de 2010 à 2015.

Carlos Ghosn nie ces accusations. Il a clamé son innocence et déclaré avoir été injustement placé en détention lors d'une audience mardi devant le tribunal du district de Tokyo, sa première apparition publique depuis son arrestation.

Depuis son arrestation en novembre, il se trouve dans un centre de détention du nord de la capitale. Apparu menotté et amaigri au tribunal mardi, il souffrait mercredi soir d'une forte fièvre, qui a contraint les enquêteurs à suspendre les interrogatoires. Mais elle était retombée vendredi, a indiqué son avocat Motonari Otsuru vendredi.

AFP


Tags: CarlosGhosn