Le fils de Carlos Ghosn convaincu de l'innocence de son père

  06 Janvier 2019    Lu: 920
Le fils de Carlos Ghosn convaincu de l

Le fils de Carlos Ghosn, le PDG de Renault, se dit convaincu de l'innocence de son père, dont les conditions d'incarcération au Japon depuis le 19 novembre sont selon lui difficiles.

"Il résiste, même s’il a perdu une dizaine de kilos en mangeant trois bols de riz par jour. Les conditions ne sont pas très saines. Mais il prend tout ça comme un challenge", déclare Anthony Ghosn, 24 ans, dans un entretien accordé au Journal du dimanche.

Le patron de Renault et de l'alliance Renault-Nissan fera mardi sa première apparition publique depuis son incarcération pour des accusations de malversations financières et d'abus de confiance aggravé.

Selon Anthony Ghosn, l'audience de mardi sera "très importante". "Pour la première fois, il pourra s’exprimer sur les faits qu’on lui reproche, donner sa vision des faits. Je pense que tout le monde sera assez surpris en entendant sa version de l’histoire. Jusqu’à maintenant, on a seulement entendu l’accusation. Il aura dix minutes pour s’exprimer", dit-il.

Anthony Ghosn explique que "la seule condition de sa sortie est une confession". "Le paradoxe, c'est que la confession qu'on lui demande de signer est écrite exclusivement en japonais", or "il ne parle pas cette langue", précise son fils.

A la question de savoir comment se passent pour l'heure les interrogatoires, le fils de Carlos Ghosn répond que  "le procureur a le droit de l’interroger à n’importe quel moment, deux ou trois fois par jour. Il peut venir tôt le matin et tard le soir. Les interrogatoires durent une ou deux heures".

Carlos Ghosn a reçu la visite d'ambassadeurs et de ses avocats.

"D’après ce que j’ai compris, dans le système japonais, lorsqu’une personne se retrouve en détention, le procureur révèle petit à petit les éléments à charge dont il dispose. À chaque fois mon père partage ces éléments avec ses avocats pour les analyser", rapporte Anthony Ghosn.

"Chaque jour quand il se réveille dans le centre de détention, il peut dire au procureur qu’il conteste ce qu’on lui reproche, ou au contraire avouer et être libéré. Depuis sept semaines, sa décision a été assez claire."

Selon lui, le PDG de Renault est déterminé à prouver son innocence. "Il ne lâchera rien", dit-il. "Ma conviction est qu’il est innocent."

Le Figaro


Tags: Renault