L'Unesco veut s'engager dans la réconciliation intercoréenne

  16 Octobre 2018    Lu: 380
L

La directrice générale de l'Unesco, Audrey Azoulay, a proposé aujourd'hui plusieurs projets, notamment dans la protection du patrimoine et la zone démilitarisée (DMZ) en Corée, pour renforcer la réconciliation intercoréenne.

"L'Unesco souhaite s'engager pour soutenir les efforts de réconciliation intercoréenne à travers des projets concrets", a-t-elle déclaré à l'issue d'un entretien avec le président sud-coréen Moon Jae-in à Paris. Ces projets ont reçu "le plein accord" du président Moon, a-t-on indiqué dans l'entourage d'Audrey Azoulay. Ils doivent être présentés à la Corée du Nord, mais en cas d'accord pourraient être rapidement mis en place, souligne-t-on.

L'Unesco suggère notamment des candidatures communes des deux pays au patrimoine mondial, notamment immatériel, des traditions populaires au sport, comme la lutte coréenne. "On retrouve aujourd'hui de part et d'autre des chants populaires qui ont été classés, par le Nord, par le Sud, de façon séparée. C'est vrai aussi pour le kimchi, le chou mariné", a indiqué Audrey Azoulay à l'AFP.

Une zone de biosphère pourrait aussi être créée dans la DMZ, no man's land de 4 km de large et 248 km de long sur la frontière intercoréenne où la nature a retrouvé ses droits en plusieurs décennies de Guerre froide. La zone, qui abrite de nombreuses espèces animales et végétales, souvent rares et endémiques, est menacée par le développement économique et les perspectives de paix dans la péninsule.


Tags: Unesco