Ces mots qui nous poussent au burn-out

  16 Octobre 2018    Lu: 282
Ces mots qui nous poussent au burn-out

"Travailler dur pour quelque chose que nous aimons s'appelle la passion", "Secouez-vous, personne ne le fera pour vous", "Le monde appartient à ceux qui se lèvent tôt",...

Sur les murs du bureau ou sur les images parfaites des réseaux sociaux, des slogans apparaissent. D'un côté, ces encouragements sont très stimulants et permettent à certains de se lancer férocement dans la voie qui les mènera au succès. 

De l'autre, toutes ces incitations représentent aussi des dangers pour la santé. C'est du moins ce que pense Grace Bonney, fondatrice de Design Sponge et de Girl-Crush, une entreprise qui met en avant les femmes entrepreneuses.

Le burn-out
En l'apparence, Grace Bonney est ce que l'on appelle une femme d'affaires qui a réussi. Elle a commencé discrètement avec un blog, en 2004 puis a développé son entreprise. En coulisse, Grace Bonney a sué sang et eau pour en arriver là. Sur Instagram, elle a annoncé qu'elle prenait un congé sabbatique de deux mois pour faire retomber la pression. 

"Je travaille sans arrêt, écrit-elle. Je me sens dépassée par certaines choses auxquelles je n'ai pas eu le courage de faire face". Elle a souhaité "retrouver l'étincelle créatrice que le burn-out lui avait fait perdre", dit-elle. "Le monde du web est rempli d'énergie et de stress. Mais pour chaque connexion, pour chaque évènement, vous avez besoin d'une quantité égale de repos".

Une augmentation fulgurante
Le concept d'épuisement professionnel ou du burn-out n'est pas neuf. Il concerne principalement les métiers liés à la santé et à l'éducation. Dans notre monde numérique hyper-connecté, l'épuisement professionnel atteint des proportions épidémiques dans toutes les industries, et parmi les femmes en particulier. Le nombre de personnes qui se déclarent épuisées par le travail a augmenté de 32% au cours des vingt dernières années. Il est intéressant de se demander pourquoi nous faisons encore passer le rendement et le succès professionnel avant notre bien-être.


Tags: burn-out