Le Liban veut légaliser le cannabis à usage médical

  19 Juillet 2018    Lu: 400
Le Liban veut légaliser le cannabis à usage médical

Le Liban s'apprête à revoir sa législation pour autoriser la culture du cannabis à des fins thérapeutiques, a annoncé mercredi le président du Parlement libanais Nabih Berri, les autorités s'efforçant de relancer une économie qui bat de l'aile.

La légalisation du cannabis avait été proposée aux autorités libanaises dans un rapport du cabinet de conseil international McKinsey & Cie, chargé par le Liban de préparer un plan de relance économique pour le pays.

La culture du haschish est illégale au Liban, la loi punissant de prison le trafic de drogue. Mais l'activité est largement répandue depuis des décennies, notamment dans la région déshéritée de la Bekaa (est), où elle est devenue une industrie rapportant des millions de dollars.

"Le Parlement libanais va étudier et adopter les lois nécessaires pour légaliser la culture du haschish et son exploitation à des fins médicales, à l'instar de nombreux pays européens, et certains Etats américains", a indiqué M. Berri lors d'une entrevue avec l'ambassadrice américaine au Liban, Elizabeth Richard. Ses propos ont été rapportés par l'agence de presse nationale libanaise ANI.

Le rapport de McKinsey avait été récemment remis au président libanais Michel Aoun. Une des propositions du dossier concerne "l'instauration de régions pour la culture du cannabis à des fins médicales dans un cadre légal", avait déclaré le ministre de l'Economie Raed Khoury.

L'économie libanaise est en panne depuis sept ans en raison de crises politiques à répétition et l'impact du conflit qui ravage la Syrie depuis 2011.

La croissance oscillait autour de 1,1% au cours des trois dernières années, contre plus de 9% à la veille du conflit syrien.

Le Liban connaît d'importants retards de développement, à commencer par l'alimentation en eau, la production d'électricité et le traitement des déchets.

La dette publique culmine à 150% du PIB, le troisième taux le plus élevé à l'échelle mondiale après le Japon et la Grèce.

Par le passé, le chef historique de la communauté druze, Walid Joumblatt, une des figures de la vie politique libanaise, avait appelé à légaliser la culture du haschish.

L'armée éradiquait chaque année les quelques milliers d'hectares de cannabis dans la Békaa et en 2012, les cultivateurs avaient attaqué ses bulldozers à la roquette, accusant le gouvernement de voler leur gagne-pain.


Tags: Liban   cannabis