Voilà pourquoi il faut laver ses vêtements neufs

  05 Juillet 2018    Lu: 452
Voilà pourquoi il faut laver ses vêtements neufs

Pour éviter des allergies aux substances chimiques et toxiques, l'Agence nationale de sécurité sanitaire préconise de laver systématiquement les vêtements neufs avant de les enfiler pour la première fois.

Quand on achète un nouveau vêtement, on a hâte de l'enfiler tout de suite.... Grossière erreur ! 

Dans un avis rendu en avril, l'Anses (Agence nationale de sécurité sanitaire) préconise de laver systématiquement les vêtements neufs avant de les porter pour la première fois.

L'Agence s'était saisie du dossier après que la répression des fraudes a rapporté de nombreux cas d’allergies et d’irritations cutanées a priori en lien avec les textiles d’habillement ou des articles chaussants neufs ces dernières années.

Des essais de lavage ont été conduits sur une quarantaine d'articles textiles neufs dans lesquels des substances chimiques telles que des colorants ou les nonylphénols éthoxylates ont été quantifiés (benzidine, chrome 6, nickel...).

Dans le détail, sur les textiles d'habillement :
- La 1,4-paraphénylène diamine (PPD), substance sensibilisante cutanée reconnue, est quantifiée dans 20% des articles textiles d’habillement.
- Aucun colorant allergène ou azoïque n’a été mis en évidence si ce n’est le CI Disperse Yellow 23, colorant allergène.
- Les métaux lourds (cobalt, cuivre, antimoine, plomb, cadmium, mercure) ont été quantifiés dans 16% des échantillons.
- Le chrome a été quantifié dans 20 % des échantillons et le nickel dans 16 % des échantillons.
- Les nonylphénols (NP) et nonylphénols éthoxylates (NPEO) ont été quantifiés dans 20% des échantillons.
- Deux substances organostanniques (dichlorure de dibutylétain, trichlorure de monobutylétain) ont été quantifiées dans un échantillon.
- Le formaldéhyde et les hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP) n’ont jamais été quantifiés.

Dans le détail, sur les articles chaussants :
-Le diméthylfumarate (DMFu), responsable de cas de sensibilisations en 2011, n’a jamais été mis en évidence ;
- Toutes les parties en cuir testées ont des teneurs en chrome VI (cancérogène et sensibilisant cutané) inférieures à 3 mg/kg (limite réglementaire définie dans le règlement Reach) ;
- Aucun colorant allergène n’a été retrouvé parmi ceux testés ;

Cependant :
Tous les élastiques contiennent du 2-mercaptobenzothiazole (sensibilisant cutané). A l’heure actuelle, il n’est pas possible de relier de façon certaine sa présence à la dégradation d’une molécule en particulier, ou à une étape du procédé de fabrication de l’article chaussant ;
- La colophane (sensibilisant cutané) a été mise en évidence dans 36% des articles ;
- L’hydroxytoluène butylé (BHT), le formaldéhyde (cancérigène et sensibilisant cutané), l’orthophénylphénol (OPP) (irritant cutané), le 4-chloro-3-méthylphénol (sensibilisant cutané) ont été retrouvés dans plusieurs échantillons ;
- Le benzoate de benzyle (toxicité aigüe) a été quantifié dans 21% des articles, 
- L’acétophénone azine a été trouvée dans 14% des articles. 

L'Anses recommande d'abaisser le maximum réglementaire du chrome 6 (substance cancérigène) dans les articles en cuir, préconise de fixer un maximum pour le nickel dans les textiles (qui n'existe pas pour le moment dans la réglementation) et de renforcer les contrôles.

Si une réaction d'irritation ou d'allergie apparaît après avoir porté des chaussures ou des vêtements pour la première fois, il faut consulter un médecin, un dermatologue ou un allergologue.


Tags: vêtements