Les USA ont l'intention de taxer l'acier et l'aluminium de l'UE

  31 Mai 2018    Lu: 709
Les USA ont l

L'administration américaine s'apprêterait à annoncer l'application de tarifs douaniers supplémentaires sur les importations d'acier et d'aluminium européens dès jeudi, la veille de la date limite de l'exemption accordée par Washington à l'UE, affirme le Wall Street Journal mercredi.

Le journal qui cite des sources proches du dossier affirme que l'administration Trump est prête à laisser la période d'exemption expirer. Un accord de dernière minute est encore possible quoique peu probable, ont indiqué ces sources au quotidien. Le président américain Donald Trump avait annoncé en mars des taxes douanières supplémentaires de 25% sur l'acier et de 10% sur l'aluminium avant d'accorder des exemptions à certains alliés des États-Unis. L'exemption temporaire dont bénéficie pour l'instant l'UE expire vendredi 1er juin et les Européens n'ont cessé, ces dernières semaines, de réclamer une exemption permanente.

Mardi la commissaire européenne au Commerce Cécilia Malström avait déjà jugé improbable que les États-Unis accordent à l'UE une exemption permanente de leurs taxes sur l'acier et l'aluminium et avait indiqué s'attendre au mieux à "des quotas" de la part des Américains. Mercredi à Paris, les États-Unis sont restés sourds aux appels en défense du multilatéralisme lancés par la France et le reste des pays de l'OCDE, lors de la réunion annuelle de l'Organisation.

Preuve des tensions, l'administration américaine a bloqué le communiqué final de la réunion annuelle de l'Organisation de coopération et de développement économique qui prévoyait de condamner le protectionnisme notamment. Le président français, Emmanuel Macron, a lancé un vibrant appel à la refondation du multilatéralisme et appelé à réformer l'OMC, organisation censée réguler le commerce mondial et cible des critiques de l'administration Trump. "Les menaces de guerre commerciale ne règleront rien", a dénoncé M. Macron.

Le secrétaire américain au Commerce, Wilbur Ross, avait auparavant lancé de virulentes critiques contre la lenteur des institutions multilatérales, dénonçant "les palabres infinies" des réunions multilatérales.


Tags: USA