Erdogan: Si nous avions pris les civils pour cible, Afrin serait tombé depuis longtemps

  13 Mars 2018    Lu: 679
Erdogan: Si nous avions pris les civils pour cible, Afrin serait tombé depuis longtemps

"Nous, nous n'avons à aucun moment ciblé les civils. Si nous avions pris les civils pour cible, Afrin serait tombée depuis longtemps", a lancé, mardi, le président turc Recep Tayyip Erdogan aux détracteurs de l'opération "Rameau d'olivier" menée par les forces turques à Afrin dans le Nord-ouest de la Syrie.

Le chef de l'Etat turc s'exprimait lors de la cérémonie de remise des "prix de Bonté" de la Fondation Diyanet de Turquie (TDV), mardi au Palais présidentiel à Ankara.

Il a tout d'abord annoncé la neutralisation de 3400 terroristes par l'armée turque depuis le début de l'opération Rameau d'olivier.

Erdogan a également annoncé l'encerclement d'Afrin par l'armée turque et l'Armée syrienne libre (ASL), "Nous sommes sur le point d'entrer dans Afrin, il ne reste pas grand chose, mais nous n'y entrons pas pour l'occuper. Nous restituerons Afrin à ses vrais propriétaires" a t-il lancé.

Il a réaffirmé la détermination de la Turquie à mener la lutte contre les organisations terroristes jusqu'au bout.

"Sans porter attention à la propagande menée contre nous, sans perdre notre humanisme, notre justice et indulgence, nous allons nettoyer Afrin, Manbij et tout le nord de la Syrie de cette horde de criminels" a t-il martelé.

Le dirigeant turc a dénoncé la campagne calomnieuse qui affirme que des civils sont visés par les forces turques et l'ASL avant d'ajouter, "Nous, nous n'avons à aucun moment ciblé les civils. Si nous avions pris les civils pour cible, Afrin serait tombée depuis longtemps".

Il a notamment rappelé les dernières atrocités commises par les terroristes du YPG/PKK qui, pour empêcher les civils de quitter la région d'Afrin et les utiliser comme bouclier humaine, n'hésitent pas dissimuler des explosifs sur les routes à la sortie des villes et villages.Trois civils dont un nourrisson avaient trouvé la mort dans l'explosion de la camionnette qui les transportait avec 36 autres civils voulant quitter la région et qui a roulé sur l'un de ces engins explosifs posés par les terroristes.

"Vous vous rendez compte du paysage inhumain à Afrin ces derniers jours. Les civils sont utilisés comme des boucliers humains, le massacre d'enfants tombés dans des pièges dressés par les terroristes fait tomber les masques", a t-il insisté

Et Erdogan de poursuivre : "Les médias occidentaux dressent un portrait romantique de ces terroristes que chaque jour qui passe divulgue le vrai visage sauvage, impitoyable et criminel. Avec chaque pan de territoire libéré par nos soldats et l'Armée syrienne libre, c'est l'avenir du peuple de la région qui est sauvé. Nous avons mis en morceaux le linceul taillé pour cette région en soulevant Daech comme prétexte et continuerons à le faire avec le soutien de notre peuple et la vaillance de nos soldats."

Insistant sur les valeurs et préceptes de paix et de tolérance véhiculés par l'Islam, Recep Tayyip Erdogan a exhorté les musulmans à ne pas tomber dans le piège des perversions extrémistes.

"Ils essayent avec insistance de nous enfermer dans une conception perverse de l'Islam véhiculée par FETO, Daech ou Boko Haram" a t-il soulevé, avant d'indiquer, "Ces deux organisations ont été introduites parmi les Musulmans tel un "cheval de Troie"".

"Certains tentent de nous abattre avec nos concepts religieux, avec des cadres en apparence membres de notre religion. On dit que l'erreur la plus dangereuse est celle qui est la plus proche du juste. L'ennemi le plus difficile à démasquer est celui qui s'habille, parle et parait comme vous. L'affaire consiste à distinguer et séparer les cailloux blancs se trouvant dans le riz blanc", a t-il conclu. (AA)


Tags: Erdogan   Afrin   Turquie