«L'administration de Trump n'attachera pas une attention particulière au conflit du Karabakh», Andrew Bacevich

  07 Décembre 2017    Lu: 1659
«L'administration de Trump n'attachera pas une attention particulière au conflit du Karabakh», Andrew Bacevich

L'agence de presse AzVision poursuit le projet spécial intitulé “Les experts étrangers sur le conflit du Karabakh”, dans le cadre duquel des politologues étrangers, des historiens et des experts présentent leur vision de la situation autour des territoires azerbaïdjanais occupés par l'Arménie - Haut-Karabakh et sept régions environnantes, et de l'Arménie. Le but du projet est d'attirer l'attention de la communauté des experts étrangers sur le problème du Haut-Karabakh.

Le quatrième invité de notre rubrique est l'historien américain, l'un des meilleurs experts en relations internationales, Andrew Bacevich, professeur de relations internationales à l'Université de Boston.

Il a dit que le problème du Haut-Karabakh est d'une grande importance pour ceux qui vivent dans le Caucase du Sud, mais cette région n'est pas l'une des priorités de l'administration de Trump.



“Compte tenu d'un certain nombre de problèmes auxquels les Etats-Unis sont confrontés - la guerre en Irak, la guerre en Afghanistan, l'instabilité dans d'autres parties du Moyen-Orient, les problèmes avec la Russie, je doute sérieusement que l'administration de Trump attachera une attention particulière au conflit du Haut–Karabakh”, -a noté Bacevich.

Se référant à la raison pour laquelle les résolutions du Conseil de sécurité des Nations Unies sur le Karabakh ne sont pas remplies par l'Arménie, le politologue américain a déclaré que les résolutions sont efficaces lorsque les intérêts des cinq puissances - les membres permanents du Conseil de sécurité de l'ONU - se coïncident complètement sur diverses questions.

“Ces pays ont le droit de veto, ce qui leur permet de rejeter le projet de toute résolution significative de l'ONU. Les membres permanents du Conseil de sécurité des Nations unies sont rarement d'accord sur des questions importantes, ils ont le droit de veto. C'est pourquoi l'ONU n'est pas une institution efficace capable de promouvoir la paix”, a déclaré Bacevich.

Notons que le premier invité de notre rubrique était l'ancien député du parlement lituanien, ancien vice-maire de la ville de Vilnius, Algirdas Paleckis; le deuxième invité était analyste serbe, expert principal de l'Institut d'études européennes (Belgrade), docteur en sciences politiques, Stevan Gayich; le troisième invité était l'historien et politologue américain David Eisenbach, professeur à l'Université de Columbia.

Seymour Mamedov

Tags: #Karabakh   #Trump