Bangladesh: pourquoi Dacca veut déplacer 100 000 Rohingyas sur une île

  06 Décembre 2017    Lu: 553
Bangladesh: pourquoi Dacca veut déplacer 100 000 Rohingyas sur une île

Le gouvernement a annoncé, mardi, un plan de 235 millions d'euros pour installer des réfugiés sur une île alluvionnaire.

Il y a quelques jours, la Birmanie et le Bangladesh signaient un accord pour le retour des 800 000 réfugiés rohingyas ayant fui les violences dans l’Etat Rakhine. Signe que cet accord, très flou, est loin de régler le problème, Dacca a annoncé la mise en place d’un plan d’installation de 70 000 à 100 000 réfugiés sur une île d’ici 2019…

Quelle est cette île ?

Bhasan Char, appelée aussi Thengar Char, est une grande île alluvionnaire de 2  400 hectares, née dans l’estuaire du fleuve Meghna il y a une vingtaine d’années. Elle est inhabitée, même si des cultures avaient été lancées par le gouvernement il y a quelques années. Elle se situe dans le golfe du Bengale, très loin du district bangladais de Cox’s Bazar, où se trouvent les actuels camps de réfugiés. Une grande partie de l’île est inondée par l’eau de mer trois mois par an. Elle est particulièrement isolée, puisque par beau temps, il faut une heure trente en bateau pour se rendre du continent à l’île de Hatiya, puis encore trente minutes de Hatiya à Bhasan. Les «chars» sont des phénomènes très courants au Bangladesh, où elles apparaissent et disparaissent dans les lits des grands fleuves. Des paysans, parmi les plus pauvres, y vivent de manière éphémère dans des conditions difficiles. Par définition, la forme des îles se modifie en permanence, et elles sont soumises à une érosion constante. Emergeant à quelques mètres au-dessus de l’eau, elles sont très vulnérables face aux cyclones et aux inondations.

Ce plan est-il nouveau ?

Cela fait trois ans que cette idée très controversée est avancée régulièrement par le gouvernement du Bangladesh, mais c’est la première fois qu’un budget et un calendrier sont affichés. «Même si les chars du sud sont plus stables que ceux du nord, et que Bhasan ne va pas se casser du jour au lendemain, seuls 10 à 15% des réfugiés pourraient y vivre, explique Runa Khan, de l’ONG bangladaise Friendship, qui intervient auprès des populations vivant sur les chars. En plus, c’est un projet à long terme, ça ne se fait pas du jour au lendemain. Il faut créer des infrastructures de toutes pièces.»

Pourquoi ce projet ?

Avec près de 170 millions d’habitants, le Bangladesh manque cruellement de terres. L’arrivée massive de 620 000 réfugiés rohingyas depuis trois mois, qui se sont ajoutés aux 300 000 qui s’étaient installés les années précédentes, pose des problèmes insolubles au Bangladesh. Cette pression démographique est énorme sur l’économie de la région, sur l’environnement et sur les populations locales. Le pays, qui a connu des inondations catastrophiques depuis le début de l’année, n’a pas produit d’excédents de riz cette année, ce qui n’était pas arrivé depuis longtemps, et a dû utiliser une partie de ses réserves. Malgré la solidarité dont a fait preuve le gouvernement et la population envers les réfugiés, l’arrivée d’un nombre si élevé de gens, démunis de tout, pose des défis sécuritaires et humanitaires immenses. «Des réfugiés arrivent avec la tuberculose, des maladies de peau, des blennorragies et quelques cas de syphilis. Le Bangladesh, qui a réussi à contrôler à peu près le paludisme, le choléra et les MST, craint des problèmes sanitaires», rappelle Runa Khan. Le gouvernement tente de contenir les réfugiés dans une petite région près de la frontière birmane, et les empêche de se déplacer librement dans le pays. Mais le district de Cox’s Bazar est totalement saturé par cette nouvelle population.

Le projet se fera-t-il ?

Les autorités ont encore répété cette semaine que «rapatrier les réfugiés prendrait du temps», et qu’entre-temps elles avaient besoin de place pour les loger. Depuis septembre, le gouvernement bangladais a demandé à sa marine nationale de préparer un projet d’endiguement de l’île. Une base navale avec une centaine d’hommes va s’y installer pour lancer des travaux d’envergure (port, système d’eau potable et d’évacuation des eaux usées, abris anticycloniques, mosquées, écoles, hôpitaux…), qui pourraient prendre plus de deux ans, suivant les conditions météo. «Il y a toujours eu ce rêve d’installer les réfugiés tous ensemble sur une île», soupire Runa Khan. Même avec la possibilité de cultiver quelques lopins de terre et de pêcher, on voit mal pour les réfugiés l’intérêt de s’installer sur ce qui serait de facto une prison à ciel ouvert, inaccessible par mauvais temps, d’où ils peuvent être chassés à tout moment par une catastrophe naturelle, en attendant un hypothétique retour en Birmanie.(Liberation)

Tags: