Le play-boy italien qui mène une vie de rêve sur Instagram est en fait criblé de dettes

  11 Août 2017    Lu: 309
Le play-boy italien qui mène une vie de rêve sur Instagram est en fait criblé de dettes

Le roi des réseaux sociaux a plus de dettes que d’abonnés sur Instagram…

Une preuve de plus qu’Instagram n’est pas le reflet de la réalité. L’Italie ironisait ce jeudi sur les déboires de Gianluca Vacchi, riche play-boy affichant près de 11 millions d’abonnés sur Instagram, qui vient de voir une banque lui saisir villas et yacht pour une dette de 10,5 millions d’euros.

Fine barbe blanche, corps bronzé, musclé et tatoué, cet héritier d’un grand groupe industriel italien met en scène sa vie dorée de millionnaire fantasque, entre pas de danse devant la piscine, voitures de luxe et jets privés pour des soirées à Saint-Tropez ou Las Vegas.

Lui qui a fêté ses 50 ans la semaine dernière affirme avoir travaillé dur pendant 20 ans avant de prendre sa retraite à la suite d’une crise existentielle dont il a tiré son mot d’ordre, « Enjoy » (profite), illustré à longueur de posts et dans un livre éponyme publié l’an dernier. Sur ses photos, les stars et les belles femmes se succèdent. En ce moment : Ariadna Gutiérrez, ancienne Miss Colombie victime d’une énorme bourde télévisée en décembre 2015 lorsqu’elle avait reçu par erreur la couronne de Miss Univers, finalement attribuée à Miss Philippines.

Des millions d’euros de dette

Mais selon le Quotidiano Nazionale, consortium de journaux locaux du nord de l’Italie, la vie de « Mister Enjoy » n’est pas aussi insouciante qu’il l’affiche. Ces derniers jours, la banque Banco BPM lui a pris plusieurs villas, un yacht et des parts dans un golf près de Bologne (nord), d’une valeur totale de plus de 10 millions d’euros, qui avaient été auparavant gelés en raison d’une dette équivalente impayée, a annoncé le journal mercredi, évoquant d’autres dettes probables.

« Ce n’est qu’un petit passif » au regard de la richesse de la holding familiale, a réagi jeudi l’intéressé dans les colonnes du journal, expliquant qu’il contestait le calcul des intérêts de cette dette. La famille Vacchi est l’héritière du groupe IMA, spécialisé dans l’emballage industriel et la pharmacie et comptant plus de 5.000 employés, désormais géré par des cousins de Giancarlo, qui touche pour sa part 5 millions d’euros de dividendes par an, selon la presse.

Depuis mercredi, les déboires du play-boy faisaient la joie des internautes italiens, qui parodiaient ses poses et ses chorégraphies devant des pédalos ou des piscines en plastique. Une page Facebook « Trouver un travail pour Gianluca Vacchi » a connu un franc succès. Mais la collecte lancée par un plaisantin pour l’aider à rembourser ses dettes n’a pour l’instant récolté que 5 euros.

Tags: