2005-2017: chronologie des attaques terroristes en Grande-Bretagne

  23 Mai 2017    Lu: 830
2005-2017: chronologie des attaques terroristes en Grande-Bretagne

La Grande-Bretagne, tout comme l’Europe de manière générale, est une cible privilégiée pour les terroristes qui n’hésitent plus à s’en prendre à des villes importantes comme Paris, Saint-Pétersbourg, Madrid, Copenhague, Londres, Stockholm ou encore Manchester aujourd’hui. L'attentat qui a endeuillé Manchester lundi soir 22 mai est le plus important qu’a vécu la Grande-Bretagne depuis 2005.

Au cours du siècle écoulé, la Grande-Bretagne a connu son lot d'attentats . D’abord visée par des indépendantistes irlandais, notamment dans les années 1970 avec notamment le tristement célèbre « Bloody Sunday », les îles britanniques sont aussi depuis une dizaine d'années la cible des terroristes islamistes, au même titre que leurs voisins européens.

Juillet 2005 : C’est le 7 juillet 2005 que la première attaque de ce genre est perpétrée sur le sol britannique. Orchestrés par l’organisation terroriste al-Qaïda, quatre attentats suicides ont lieu dans les transports londoniens en seulement une heure dont trois dans un intervalle de 50 secondes. Le bilan est lourd : 56 morts, dont les quatre kamikazes et 700 blessés. Malheureusement, cet épisode fait aussi office d’avertissement puisqu’une quinzaine de jours plus tard, selon un mode opératoire similaire, quatre nouveaux attentats manquent de peu leurs cibles. Cette fois, les bombes artisanales ayant été fabriquées à base de peroxyde d’hydrogène (eau oxygénée), de farine et d’acétone elles n’ont jamais explosé.

Les transports une nouvelle fois visés

Juin 2007 : Deux ans plus tard, le 30 juin 2007, un nouveau vent de panique souffle sur la Grande-Bretagne. Une voiture-bélier, remplie de bouteilles de gaz, est subitement précipitée contre le principal terminal de l’aéroport de Glasgow en Ecosse. La voiture n’explose pas, mais provoque un incendie. L’individu qui conduisait le véhicule est alors grièvement brûlé et décèdera un mois plus tard tandis que son passager sera condamné en 2008, à la prison à vie.

La veille, un autre attentat avait été déjoué lorsque deux Mercedes piégées ont été retrouvées près de Piccadilly Circus, dans le centre-ville de Londres. Un problème de connexion dans le dispositif de détonation serait à l’origine de l’échec de cette tentative d’attentat, selon les enquêteurs.

Des attaques à l’arme blanche pour terroriser la population

Mai 2013 : Six ans plus tard, le 22 mai 2013, un soldat de 25 ans est renversé par une voiture avec à son bord deux Londoniens d'obédience musulmane qui poursuivront leurs méfaits en frappant de nombreux coups de couteau le jeune homme, allant jusqu’à tenter de le décapiter. Sur une vidéo filmée juste après l’agression, l’un des meurtriers déclare avoir voulu venger les « musulmans tués par des soldats britanniques ».

Décembre 2015 : Deux ans plus tard, le 5 décembre 2015, deux personnes sont blessées à l'arme blanche à la sortie du métro de Leytonstone, à Londres. Cette attaque a lieu seulement deux jours après les premières frappes aériennes britanniques visant le groupe Etat islamique (EI) en Syrie. L’auteur de l’attentat est ensuite condamné à la prison à vie.

Une triste piqûre de rappel

Mars 2017 : Le 22 mars dernier, une voiture fonce dans la foule sur le pont de Westminster qui enjambe la Tamise, face à Big Ben. Dans sa course folle, au volant de sa Hyundai, le terroriste fait 4 morts avant de poignarder mortellement un policier devant le Parlement. L’auteur de l’attentat est abattu par la police alors que le groupe Etat islamique revendique l’attaque sans que Scotland Yard ait « trouvé de preuve d’une association » entre l'agresseur et l’EI.

AzVision.az avec RFI

Tags: #Manchester