La liste des entreprises étrangères opérant illégalement dans les territoires occupés du Haut-Karabakh

  31 Mars 2017    Lu: 2638
La liste des entreprises étrangères opérant illégalement dans les territoires occupés du Haut-Karabakh
Les entreprises arméniennes, ainsi que les étrangers (principalement contrôlés par la diaspora, tels que Artsakh Roots Investment basé au Liban, Tufenkian Foundation basée aux États-Unis, General Benevolent Union /AGBU/ Cherchian Family Foundation, etc.) jouent un rôle décisif dans le financement, la facilitation et la facilitation des changements permanents dans le caractère économique (y compris fiscal et monétaire), démographique et culturel des territoires occupés pour un gain personnel et prolonger l'occupation de ces territoires.

Au cours des dernières années, le transfert bien organisé des colons arméniens d'Arménie et d'ailleurs (avec le soutien de “Hayastan All-Armenian Foundation”) dans les territoires contestés, y compris les zones adjacentes au Haut-Karabakh, en particulier les districts de Latchin, Kalbadjar, Gubadly , Zangilan et Djabrail, a continué à progresser à un rythme accéléré.

La Fédération révolutionnaire arménienne trompe les Arméniens syriens avec une promesse de vie agréable si elles déménageront par exemple des villes de Qamichli et d'Alep en Syrie vers le Caucase et ses territoires occupés (par exemple les districts de Zangilan, Gubadly et Latchin). C'est presque la même chose que le célèbre appel aux Croates de Bosnie de Zagreb pour faire les déménager vers les territoires ethniquement nettoyés de Croatie. Il s'agit bien sûr d'une ingérence criminelle directe dans les affaires internes de deux États souverains.

L'Arménie, directement ou par l'intermédiaire de ses mandataires sociaux, poursuit les changements permanents des infrastructures de l'énergie, de l'agriculture, de la vie sociale, des résidences et des transports dans les territoires occupés. Ce processus sera augmenté et priorisé pour changer le caractère démographique: cela inclut bien sûr la construction de réseaux d'irrigation, de canalisations d'eau, de routes, de réseaux électriques et d'autres installations économiques et sociales. Plusieurs rapports internationaux, menés indépendamment par différents forums distincts et indépendants, ont confirmé à plusieurs reprises que les biens des personnes déplacées ont été saisis. Par exemple, les maisons vides des personnes déplacées azaerbaïdjanais ont souvent été démantelées pour être utilisées comme matériaux de construction afin de construire de nouvelles maisons pour des Arméniens.

L'Arménie exerce un contrôle omniprésent sur l'ensemble du système économique et commercial dans les territoires contestés, y compris les flux commerciaux entrants et sortants et les ressources économiques. La présence des entreprises internationales est plutôt intéressante: il existe des centaines de différents types de machines Caterpillar fabriquées aux États-Unis, des tracteurs agricoles et de l'équipement de John Deere aux États-Unis et des entreprises allemandes Deutz-Fahr, des camions Hyundai sud-coréens, des tracteurs agricoles MT3-82,3 Belarus, ainsi que d'autres engins lourds pour l'exploitation minière illégale, l'agriculture, l'expansion des colonies et la construction de l'infrastructure de soutien. Le véritable propriétaire de la plupart de ces entreprises reste incertaine, souvent enregistrées à l'étranger à Chypre, au Liechtenstein et autres. Souvent, leur financement est acheminé par les branches des banques arméniennes opérant dans les territoires occupés et effectuant des transactions financières internationales via des banques intermédiaires en Russie, en UE et ailleurs. En outre, de nombreux détaillants étrangers, d'Ukraine, des États-Unis et de l'UE (notamment en France, en Bulgarie, en Hongrie, en Belgique, en Allemagne, en République tchèque, aux Pays-Bas), ainsi qu'en Australie et aux EAU, ont conclu leur contrats d'approvisionnement avec des entreprises arméniennes. Cela, bien sûr, les rend complices de l'occupation par l'Arménie des territoires, de l'utilisation des ressources, de l'expansion des colonies illégales ainsi que de la violation des droits fondamentaux des personnes déplacées.

Les hauts fonctionnaires de l'Arménie, y compris le président Serge Sarkissian, le Premier ministre Abrahamyan et d'autres ministres, visitent régulièrement les territoires occupés et inspectent les installations de production là-bas. Pour camoufler la nature illégale de la production, les entreprises arméniennes d'exportation de produits agricoles et spiritueux (par exemple «Stepanakert Brandy Factory» et «Artsakh Fruit CJSC») ignorent systématiquement les produits fabriqués ou emballés en totalité ou en partie dans les territoires occupés originaires d'Arménie et trompent les gouvernements, les détaillants internationaux et les consommateurs.

Les terres agricoles dans les territoires contestés le long de la rivière Araz (y compris les districts de Zangilan et de Jabrayil) ont été illégalement saisies et exploitées de manière extensive par l'Arménie. La consommation, l'irrigation ou l'opportunité d'une production d'électricité illégale empêchent l'écoulement naturel de l'eau et permet sa pollution (utilisation excessive de terres arables et cultures de monoculture) qui, en retour, modifie le micro climat et met en péril l'existence humaine, la flore et la faune (p. Ex. Armenia's Arm Water Project Company Ltd. dans la vallée d'Araz).

Le démantèlement des métaux, tuyaux, briques et d’autres matériaux de construction des ruines des ménages et des bâtiments publics azerbaïdjanais démolis a précédemment été mené de manière plus sporadique. Cependant, les cas actuellement examinés montrent qu'il devient un système de pillage plus organisé avec une implication étrangère claire.

L'exploitation minière des minéraux précieux et des métaux est l'une des principales entreprises dans les territoires occupés. Par exemple, la mine souterraine de cuivre-or à Gyzylbulag (filiale en propriété exclusive du “Vallex Group CJSC” d'Arménie, enregistrée au Liechtenstein) a entraîné son épuisement presque complet. Cela vaut également à la mine de cuivre-molybdène à ciel ouvert à Démirli. En 2014, « Gold Star CJSC » aurait commencé à exploiter l'or près du village de Veynalli (district occupé de Zangilan en Azerbaïdjan). Depuis 2007, « GPM Gold », une filiale de « GeoProMining Ltd. » basée en Russie, est engagé dans la production de minerai dans la mine d'or Soyudlu dans le district occupé de Kalbajar.

Il y a un trafic illégal des ressources naturelles dans les territoires occupés de la frontière internationale entre la Turquie et l'Arménie qui est contrôlée par les forces armées de l'Arménie, via l’autoroute Vardenis-Aghdere. Le Gouvernement arménien, par l'intermédiaire de son Ministère de l'énergie, fonctionne directement : Le minerai concentré de Gyzylbulag est transporté vers l'Arménie, où il est transformé en or contenant du cuivre et exporté vers les marchés internationaux, principalement en Europe. L'Arménie extrait également du charbon de la mine près du village de Chardagly dans la partie occupée du district de Terter pour approvisionner la centrale électrique d'Erevan, en Arménie.

Il existe une corrélation claire entre l'entreprise et le statu quo politique. Par conséquent, il est prudent de conclure que l'occupation prolongée se traduit directement par des ressources minérales, agricoles, hydrauliques et d’autres richesses pour le gouvernement voisin et les affaires internationales sombres. L'ingénierie démographique est une clé ici et, bien sûr, est faite en conflit avec les droits fondamentaux de l'homme et les normes du droit humanitaire, y compris celles des personnes déplacées.

Dans cet épilogue, le déplacement secret de la population et des activités économiques illégales sur les territoires contestés produit les «diamants du sang» notoires: le statu quo sociopolitique, l'inversion démographique et l'extension du conflit armé. Y a-t-il quelque chose de plus grand qu'un problème d'une énorme gravité pour la population locale? Bien sûr que oui. Notre silence à ce sujet!

Par Aleksandra Krstić

Tags: