Les 16 plus grosses histoires de la tech en 2016

  13 Décembre 2016    Lu: 800
Les 16 plus grosses histoires de la tech en 2016
Ah ! Il s`en est passé des choses dans le monde de la tech en 2016.
La technologie ne fait pas que changer le monde par à-coups – au quotidien, elle nous fait aussi vivre au rythme de ses histoires.

En 2016, les algorithmes, les réseaux et les petits objets en verre et en métal ont eu un impact direct sur nos vies, parfois de manière plutôt inattendue.

Des fausses actualités Facebook aux explosions de Galaxy Note7, cet impact n’a pas toujours été très positif. Mais il faut bien reconnaître que 2016 a quand même été une sacré année pour la tech, la réalité virtuelle ou encore les voitures autonomes. Retour sur les plus grosses histoires tech de 2016.

1. La prise jack

Le lancement annuel de l’iPhone d’Apple fait toujours grand bruit dans le monde des téléphones portables, mais le nouveau iPhone 7 a carrément déclenché une cacophonie avec la suppression de sa prise jack.

Même si c’est l’un des outils universels les plus utilisés au monde, le petit trou jack de 3,5 millimètres n’a pas réussi à survivre au bulldozer d’Apple bien déterminé à bâtir un futur dans lequel l’audio est sans fil.

Dans le présent pourtant, les câbles sont toujours ceux qui dominent, et le pas en avant d’Apple n’a pas encore forcément rencontré son public.

Du courage ou un sacré paquet d’orgueil, appelez ça comme vous voudrez, mais il faut quand même reconnaître qu’Apple a jeté un beau pavé dans la marre. Un pavé autour duquel les fabricants de smartphones ne vont pas tarder de naviguer, ou peut-être trébucher, dans les prochaines années. – Pete Pachal

2. Les fausses actualités ont envahi Facebook

Non, Hillary Clinton ne pratique pas de rites sataniques, mais c’est peut-être une info que vous avez déjà entendu si vous avez passé un peu trop de temps sur Facebook cette année.

Cette infection de fausses actualités a posé un sérieux problème avant et pendant les élections américaines, en particulier aux États-Unis. Des petits trolls malins ont compris qu’ils pouvaient se faire un paquet d’argent en inventant des complots qu’ils pourraient partager aux Américains ayant perdu la fois dans les médias classiques.

Si le PDG de Facebook, Mark Zuckerberg, affirme que ce n’est pas un problème, certaines données tendent pourtant à démontrer l’inverse. – Jason Abbruzzese

3. L’explosion des Galaxy Note7 de Samsung

Des années après avoir vécu dans l’ombre d’Apple en tant que meilleur second, Samsung était tout prêt d’enfin égaler l’iPhone avec son Galaxy Note7.

Il avait tout pour réussir : un beau desgin en verre, un écran haute résolution, une batterie gigantesque, résistant à l’eau, une carte mémoire de folie, UNE PRISE JACK. Tout, voir un peu trop.

Quelques temps seulement après son lancement le Note7 a commencé à exploser de façon inexpliquée, et Samsung a rappelé tous ses appareils. Les remplaçants avec des batteries "sûres" étaient censés régler le problème mais, eux aussi, ont commencé à s’enflammer et ont finalement contraint Samsung de cesser complètement la production du téléphone.

Pas question de plaisanter quand un appareil, encore plus quand il est aussi personnel qu’un smatrphone, présente un risque pour ses utilisateurs. Le malheureux cauchemar de Samsung est pourtant une belle leçon pour tous les fabricants de téléphones à travers le monde : la sécurité est la priorité numéro 1, pas les gadgets cools. – Raymond Wong

4. Les voitures autonomes

2016 a aussi été l’année du développement des voitures autonomes. Tesla a inclus un mode de pilote automatique dans tous ses modèles, et Uber a été la première entreprise de conduite partagée à mettre des voitures sans conducteur sur la route avec un premier test à Pittsburgh, aux États-Unis.

Les constructeurs automobiles classiques s’y sont aussi mis. Audi a déjà montré à quel point sa technologie était avancée et General Motors s’est associé à Lyft, un des concurrents d’Uber.

Pourtant, tout n’a pas toujours roulé pour les voitures autonomes. Apple a fait du bruit avec des rumeurs autour du projet Titan – une voiture autonome électrique créée par la marque – avant d`avorter ses ambitions. Même Google, avec sa Google car impliquée dans un petit incident et Tesla, dont le mode en pilote automatique avait coûté la vie à un propriétaire d’une des voitures d’Elon Musk, ne laissaient rien présager de bon.

2016 a donc plutôt été une bonne année pour les voitures autonomes, même si un monde sans conducteur n’est pas encore tout à fait sur les roues. – Brett Williams

5. Snapchat est devenu super cool

Evan Spiegel a su montrer que Snapchat n’était pas qu’un gadget pour ados de 13 ans.

Alors que l’entreprise a fait de grosses avancées cette année – sauvegarde des photos dans Memories, modification de son image, lancement de hardware et rumeur d’entrée en bourse – Facebook, naturellement, a commencé à flipper. Le réseau social a doublé, voir triplé ses efforts pour évincer Snapchat avec l’ajout de filtres, d’animations et de messages éphémères dans les moindres recoins de son application. Mais Facebook a beau ramer pour rattraper son concurrent, Snapchat a bel et bien assis sa place d’application sociale la plus cool de l’année.

L’entreprise a même commercialisé ses propres lunettes Spectacles, prouvant au reste du monde que les lunettes techniques ne sont pas que pour les boutonneux à lunettes. – Karissa Bell

6. Le hacking prend de l`ampleur

Les hacks à grande échelle sont malheureusement devenus assez communs les dernières années, mais 2016 les a rendus particulièrement inquiétants.

Plusieurs organisations (comme WikiLeaks) ont pu "militariser" des failles dans les e-mails de candidats politiques avec des fuites délibérément chronométrés pour faire la Une de tous les médias autour du monde. Assiégé, un Yahoo affaibli a perdu le peu de confiance que ses utilisateurs lui accordaient encore quand on a appris que l`entreprise a caché un piratage à grande échelle en 2014.

Pire que tout, l`émergence du botnet Mirai a exposé au monde les problèmes de sécurité de l`Internet des objets, avec des attaques massives comme celle opérée sur la société américaine Dyn.

Une chose est sûre depuis 2016 : l`avenir de la cybersécurité est bien sombre. – PP

7. La montée en puissance de Facebook Live

L`arrivée de Facebook sur le marché de la vidéo en direct était inévitable. Un peu en retard à la fête, Facebook Live a vite pris les devants, pas juste pour les contenus viraux et fortuits (c`est à toi qu`on parle, "Chewbacca Mom"), mais comme un outil puissant pour du journalisme en temps réel, allant des événements sportifs aux insurrections politiques en passant par la guerre, tout simplement.

Comparé aux traditionnels lives vidéos, Facebook Live offre une expérience plus authentique à travers les yeux du témoin, sans filtre et sans montage, et permet aux spectacteurs du monde entier de s`y connecter et participer en commentant et en réagissant d`une manière plus directe.

Meerkat (condoléances) et Periscope ont prouvé que la vidéo live pouvait marcher. Avec ses "lives", Facebook est allé directement jouer dans la cour des grands. – RW

8. Hyperloop One a fondu

Toute entreprise a connu des hauts et des bas – surtout les plus récentes – mais les batailles se font en général contre un élément extérieur. Hyperloop One, pour sa part, s`est mordu la queue cette année.

En l`espace de 2 mois, la jeune entreprise est passée d`une démonstration publique très réussie de son système de transport à propulsion en forme de tube... à une chute tout aussi publique, due à un conflit entre les deux fondateurs Shervin Pishevar et Brogan BamBrogan.

Le procès était en tout point bizarre : Brogan BamBrogan soutenait que le frère de Shervin Pishevar avait placé un nœud coulant sur sa chaise de bureau. En novembre, le conflit était réglé (lien), mais le mal était fait. L`entreprise s`est réorganisée, mais le premier test dans le tube, promis en 2016, était déjà hors de portée.

Pour réaliser le futur de la technologie, Hyperloop One doit se montrer efficace pour s`éloigner de 2016 aussi vite que possible – à échelle humaine. – Lance Ulanoff

9. La baston Apple versus FBI

L`action la plus forte d`Apple cette année n`était pas la sortie d`un nouvel appareil innovant. Non, c`était de définir une ligne infranchissable concernant la sécurité de ses iPhones.

Quand le FBI a poursuivi Apple pour pouvoir hacker un iPhone ayant appartenu à un terroriste, le refus de Tim Cook d`obtempérer était clair : accéder à cette requête reviendrait à ouvrir la "boîte de Pandore" – le premier pas vers un futur où la sécurité digitale est illusoire.

Finalement, le FBI a reculé et trouvé une méthode pour déverrouiller l`iPhone tout seul. Mais seulement après que le conflit a poussé PDGs, forces de l`ordre, défenseurs de la confidentialité et candidats à la présidentielle américaine à prendre parti.

Si cette affaire-là est aujourd`hui réglée, le débat sur les données digitales privées bat son plein en ce moment. – PP

10. Personne ne veut acheter Twitter

Grâce au président élu Donald Trump, Twitter n`a jamais été aussi important que durant l`élection présidentielle de novembre 2016. Et pourtant, l`entreprise a vécu une année compliquée.

Le fondateur Jack Dorsey n`a ramené que 10 millions d`utilisateurs sur la plateforme depuis son retour comme PDG en octobre 2015. Les publicitaires se désintéressent du réseau social, et de grands responsables (comme le directeur de l`exploitation Adam Bain) sont partis.

Les rumeurs de rachat sont communes avec Twitter, mais il semblait que cela deviendrait une réalité cette année, Disney, Google et Salesforce tournant autour de la plateforme. Finalement rien, et les problèmes de trolling et de cyber-harcèlement y sont peut-être pour quelque chose.

Un bon côté cela dit : Twitter a acté des partenariats vidéo avec de grandes ligues sportives (NFL, MLB, NHL et NBA), des émissions d`actualité de Bloomberg News et Cheddar, et même la franchise "Star Wars".

En attendant, Twitter a fait quelques économies en réduisant ses effectifs et en faisant fermer Vine en espérant, enfin, devenir rentable un jour. – Kerry Flynn

11. Facebook devient une puissance mondiale

Facebook a atteint des sommets impressionnants – voire même inquiétants – en 2016.

Sa capacité à transformer notre consommation de l`info a permis la propagation de propagande à un instant-clé de l`histoire des États-Unis, créant des lieux de conversation politique où la désinformation régnait. Son drone solaire Aquila a pris son envol pour la première – amenant une technologie qui permettra à Facebook d`amener Internet dans les régions les plus isolées du monde.

Messenger, l`appli de discussion de Facebook, a maintenant 1 milliard d`utilisateurs. L`entreprise s`est lancée avec succès dans la vidéo live (voir ci-dessus), et a montré son intérêt pour la réalité virtuelle. Et elle s`est aussi mise à l`intelligence artificielle, qui permet de décrire des photos aux aveugles.

Facebook ne peut plus être vu comme ce lieu frivole où on ne partage que des statuts. Le réseau social est peut-être maintenant le distributeur d`information le plus important pour son 7,79 million d`utilisateurs mensuels. – Damon Beres

12. #RIPVine

Si une seule appli pouvait symboliser cette capacité d`Internet à prendre de jeunes ados créatifs et à les rendre célèbres en une nuit, ce serait Vine.

Fondée en 2012 et rachetée par Twitter assez vite, l`appli de vidéos de 6 s a été d`une grande influence, et pas juste pour les superstars qu`elle a créées. C`est pourquoi l`annonce de sa fermeture définitive en octobre a provoqué un séisme sur les réseaux sociaux. Même si Vine avait perdu ses utilisateurs les plus influents et son capital culturel ces dernières années, l`appli avait aidé à démocratiser la vidéo en ligne, et ce bien avant Snapchat.

Tout le monde, des fondateurs de l`application jusqu`à ses plus grandes stars ont utilisé le hashtag #RIPVine pour porter aux nues la communauté qui avait un jour existé – ils ne l`ont juste pas fait sur Vine. – KB

13. La réalité virtuelle est partout et nulle part

2016 devait être l`année du décollage de la réalité virtuelle, mais on attend encore le grand succès viral qui en fera un médium mainstream.

L`Oculus Rift de Facebook, le HTC Vive et la PlayStation VR de Sony ont tous officiellement débuté, mais le contenu n`a pas encore le même effet que l`appareil en lui-même. Pendant ce temps, Apple et Microsoft misent plus sur la réalité augmentée, tandis que le mystérieux Magic Leap continue de travailler sur son projet de vision en réalité augmentée.

Cela dit, la réalité virtuelle reste en tête, et 2016 n`est que le premier chapitre de son histoire. Cette année voyait la VR s`échauffer et établir un écosystème propice à son futur succès. Ce succès dépendra des développeurs et du public, qui devra trouver un point de ralliement – quelque chose qui semble toujours un peu dur à prévoir ou atteindre. – Adario Strange

14. Le règne tranquille d`Uber

En 2916, Uber est devenu plus qu`une entreprise de covoiturage.

L`entreprise à 60 milliards de dollars a fait de son rêve de voitures autonomes une réalité à Pittsburgh, et révélé un plan pour créer des voitures volantes. Le géant de la Silicon Valley a récolté des fonds à hauteur de 3,5 milliards de dollars lors de sa quête pour dominer le monde.

À Londres et en France, l`entreprise a aussi mené des batailles juridiques sans compter son combat sans fin aux États-Unis pour savoir si ses employés ont droit à la protection normale d`un travailleur et non d`un contractuel (en France l`Urssaf a tranché). En Chine, Uber a complètement lâché l`affaire.

Le projet pour 2017 ? devenir une "entreprise de robotique". – Emma Hinchliffe

15. L`année des rachats

Les grosses entreprises ont cherché à devenir encore plus grosses en 2016, motivées par un environnement tech et médiatique en pleine mutation, ainsi qu`un pouvoir accru de certains gros joueurs (Facebook et Google, par exemple).

Cette stratégie implique de gros risques, et chacun des contrats signés cette année ont reçu énormément de critiques. Même Donald Trump s`en est mêlé en disant qu`AT&T ne devrait pas pouvoir racheter Time Warner.

16. Theranos s`écroule

Un PDG visionnaire, des investisseurs reconnus, une bonne estimation sur le marché, des partenariats avec d`autres acteurs importants : Theranos avait tout – sauf la technologie de base dont il se vantait pour révolutionner les analyses sanguines.

Une série d`articles d`investigation du Wall Street Journal a révélé que la start-up médicale était un château de cartes. Sa machine "Edison", qui selon l`entreprise devait pouvoir effectuer des centaines de tests sur la base de quelques gouttes de sang seulement, ne marchait pas si bien. Theranos est actuellement l`objet de plusieurs enquêtes et de procès.

C`était une chute magistrale en à peine quelques mois pour une des start-ups les plus prometteuses du moment.

Tags: