John Kerry à Paris: Nous vaincrons Daech, ensemble

  17 Novembre 2015    Lu: 402
John Kerry à Paris: Nous vaincrons Daech, ensemble
Le secrétaire d`Etat américain John Kerry, arrivé lundi soir à Paris pour témoigner de la "relation forte" liant les États-Unis et la France, a promis que les deux pays allaient "combattre et vaincre ensemble" le groupe Etat islamique, qui a revendiqué les attentats à Paris vendredi.
Les Etats-Unis et la France ne sont pas que des amis, ils forment une famille", a souligné M. Kerry, qui doit rencontrer mardi le président François Hollande et le ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius, rapporte l`AFP.

Devant une ambassade américaine illuminée aux couleurs de la France, le secrétaire d`Etat a exprimé la "détermination" des deux alliés à lutter contre le terrorisme, en s`exprimant tour à tour en français et en anglais.
"Nous vaincrons Daech (accronyme de l`EI en arabe, ndlr) et tous ceux qui partagent son idéologie méprisable", a lancé John Kerry devant la presse, "nous les combattrons ensemble, et nous vaincrons".

Au cours de cette visite, qui n`avait pas été annoncée à l`avance pour des raisons de sécurité, trois jours après les attentats, John Kerry doit "réaffirmer l`engagement de l`Amérique pour notre relation forte avec la France", a dit son porte-parole John Kirby.
Le président français a appelé lundi à la formation d`"une grande et unique coalition" contre l`EI et annoncé qu`il rencontrerait dans les prochains jours ses homologues américain et russe Barack Obama et Vladimir Poutine pour "unir nos forces".

Le 13 novembre au soir, plusieurs fusillades et attentats-suicide quasi simultanés ont visé six points de Paris et sa proche banlieue. Trois kamikazes ont notamment actionné leurs charges explosives près du Stade de France, à Saint-Denis. L`attaque la plus meurtrière a frappé la salle de concert du Bataclan, où les terroristes ont tiré à bout portant sur la foule.

Après les attentats de janvier à Paris, ni le président Barack Obama ni John Kerry n`avaient participé à la marche du 11 janvier en présence de dizaines de chefs d`Etat et dignitaires étrangers, un couac diplomatique critiqué en France et aux Etats-Unis. L`administration américaine avait finalement exprimé des regrets et fini par dépêcher John Kerry quelques jours plus tard pour qu`il se rende près des locaux de Charlie Hebdo et du supermarché casher qui avaient été attaqués.

Tags: