Erdogan: C`est d`abord le peuple, ensuite l`Etat

  27 Octobre 2015    Lu: 560
Erdogan: C`est d`abord le peuple, ensuite l`Etat
La Présidence de la République accueillira des citoyens de tout le territoire
Le Président de la République de Turquie, Recep Tayyip Erdogan, a annoncé, lundi, que pour la première fois cette année, la Présidence de la République allait accueillir des citoyens de tout le territoire à l’occasion d’une réception pour la Fête de la République.
Le Président Erdogan s’est exprimé lors de sa rencontre avec les Maires de quartiers et de villages, 13ème édition de cette nouvelle tradition qu’il a instaurée après son élection en 2014.

«Jusqu’à présent, les cérémonies de la Fête de la République (29 octobre) se faisaient sans le peuple, avec une célébration étatique morose, a-t-il dit. Nous avons décidé d’organiser, le 28 octobre, une réception où seuls nos citoyens, venant de nos 81 provinces par groupe de dix personnes, participeront. Des simples citoyens sans titre particulier. Ainsi la Fête de la République sera célébrée dans la maison du peuple qu’est la Présidence.»

Erdogan a sévèrement dénoncé ceux qui critiquent son action, l’accusant d’outrepasser son pouvoir constitutionnel.

«Ceux qui disent cela n’ont jamais rien fait pour notre peuple, ils ne supportent pas non plus la démocratie. De la même manière que ceux qui utilisent toujours le mot paix mais qui font tout pour faire couler le sang dans notre pays, ils parlent toujours de démocratie mais ce sont des fascistes. Ils ne tolèrent aucune autre pensée que leur propre idéologie, et n’acceptent pas d’autres modes de vie que le leur.» a-t-il ajouté.

Le Président turc a affirmé que ces milieux regardent le peuple de heut et le sous-estiment.

«Leurs chemins ne croiseront jamais ceux de la démocratie, a-t-il ajouté. Ils ne supportent pas que la volonté du peuple arrive au plus haut niveau. Car pendant des dizaines d’années, ils ont gouvea-t-il déclaré.rné le pays sans demander l’avis du peuple. Ils ne tolèrent pas que d’autres, qui ne sont pas des leurs, soient représentés dans les domaines politique, social, économique et culturel.»

Pour le Président turc, le PKK, l’organisation parallèle, les partis d’opposition et les «soi-disant intellectuels » qui dénoncent leur pays aux étrangers, veulent tous la même chose, que "Tayyip Erdogan" ne se mêle de rien, et qu’il ne leur fasse pas obstacle.

«C’est d’abord le peuple, ensuite l’Etat, a-t-il défendu. L’inverse est désormais révolu. La clé c’est le vote. J’espère que le soir du 1er novembre, la stabilité politique perdue lors du scrutin du 7 juin sera rétablie. Regardez, hier les terroristes ont fait exploser l’hôpital de Semdinli. Ils s’attaquent aux écoles, aux aéroports, aux hôpitaux, aux mosquées, aux postes de police. Ceux qui parlent de paix à longueur de journée, ne sont-ils pas les mêmes qui font régner la terreur dans la région, Je le demande à mes citoyens kurdes et à l’ensemble de notre peuple, quand allez-vous donner une leçon à ceux qui s’adossent aux terroristes ? Le 1er novembre est l’occasion d’agir comme un vrai peuple.»AA

Tags:  


Fil d'info