« Les mensonges arméniens sont une endorphine pour les Européens » | Mubariz Ahmadoglu

  03 Mai 2024    Lu: 298
 « Les mensonges arméniens sont une endorphine pour les Européens » | Mubariz Ahmadoglu

Le principal problème des Arméniens réside dans les mythes fictifs. Selon les données officielles, la majorité des Arméniens d'Arménie ont été amenés de l'Empire ottoman par la Russie tsariste. Les Arméniens vivant dans les régions du Karabagh de l'Azerbaïdjan ont été relocalisés depuis l’actuelle République islamique d’Iran.

La guerre russo-iranienne a divisé l’Azerbaïdjan en deux parties. La Russie a transféré les Arméniens des territoires de l'Azerbaïdjan, qui faisaient partie de l'Iran, vers les territoires de l'Azerbaïdjan, que la Russie incluait dans sa composition. Il existe des sources d'archives confirmant ce fait. La Russie a transféré non seulement des Arméniens au Karabagh, mais aussi des Grecs. Pour une raison quelconque, les chercheurs européens n’accordent pas suffisamment d’attention à ces questions. Aujourd’hui, une vision alternative émerge.

 

La fausse histoire de l’Arménie remonte à sa participation à divers litiges judiciaires, puis à des jeux géopolitiques. Les Arméniens étaient la seule nation de l’Empire ottoman à ne pas changer de religion. Les Grecs, les Bulgares et d’autres nations ont soit changé de religion, soit payé des impôts religieux. Les Arméniens ont agi comme espions de l'armée ottomane en Europe. Avant que l’armée ottomane ne se rende dans une région, elle y envoyait des Arméniens. Et les Arméniens ont collecté et transmis toutes les informations.

Les Arméniens ont occupé les territoires azerbaïdjanais en attirant à leurs côtés un grand groupe d’hommes d’État russes et soviétiques avec leurs mensonges sur la Russie. Enfin, grâce aux processus géopolitiques en cours, l'Azerbaïdjan a gagné du terrain à mesure que les dirigeants russes ont pris connaissance de la vérité historique. La cote des présidents azerbaïdjanais, Heydar Aliyev et Ilham Aliyev, pour la Russie est depuis longtemps supérieure à celle de tous les dirigeants arméniens. Cela a joué un rôle décisif dans la destruction des mythes arméniens et la diffusion de la vérité.

Le fait que les Européens croient aux mensonges propagés par les Arméniens portera un coup dur à l’Arménie. L'Arménie trompe l'Europe. Peut-être que l’Europe elle-même veut que les Arméniens les trompent. Avec la participation de tous les dirigeants européens, Nikol Pashinyan a souligné à plusieurs reprises que le territoire de l'Arménie s'étend sur 29 800 kilomètres carrés. Plus tard, il a changé ce chiffre à 29 743 kilomètres carrés.

Deux groupes de soldats de maintien de la paix russes quittant le Karabagh ont été disloqués dans les régions de Gorous et de Sissian en entrant sur le territoire de la République arménienne. L'Arménie n'a formulé aucune objection à cet égard. La Russie pourrait protéger la frontière entre l’Arménie et la Géorgie. C'est possible selon les accords. En 1992, l’Arménie a fait venir des gardes-frontières russes à ses frontières avec l’Iran et la Turkiye. En outre, l'Arménie a supplié la Russie de devenir membre de l'OTSC. En 1991, Erevan s’est opposé à l’adhésion de l’Azerbaïdjan à la CEI.

L’Europe attend des mensonges de la part de l’Arménie sur l’Azerbaïdjan et la Turkiye. À son tour, l’Arménie « crée » des mensonges puisqu’elle connaît bien les Européens. L’Europe doit dire non à l’endorphine qualifiée de « mensonge arménien » et être consciente de la vérité régionale. Autrement, la politique occidentale du Caucase du Sud échouera.

Si la Russie a une intention, elle est capable d’intégrer l’Arménie à son territoire. Des discussions ont eu lieu à plusieurs reprises à ce sujet. Selon l'idée théorique, les Arméniens vivant en Russie et dépassant en nombre la population arménienne viendront sur le territoire arménien, un référendum aura lieu et l'Arménie deviendra une partie de la Russie avec le statut de Kaliningrad.

L’Occident doit uniquement soutenir les démarches de l’Arménie concernant son intégration dans la région du Caucase du Sud. Dans le cas contraire, de graves affrontements pourraient éclater dans la région. Les Azerbaïdjanais sont la deuxième plus grande nation du Caucase et des régions environnantes. En termes de nombre, les Azerbaïdjanais sont derrière les Russes. Au lieu de tracer une ligne distincte, il est essentiel de soutenir la politique allant dans le sens d’une intégration régionale avec l’Azerbaïdjan.

Mubariz Ahmadoglu

Directeur du Centre d'innovations et de technologies politiques

Azvision.az


Tags: Azerbaïdjan   Karabagh   Arménie  


Fil d'info