Ilham Chaban : « Nous pouvons relier les deux rives de la Caspienne » - Vidéocast

  28 Mars 2023    Lu: 5662
 Ilham Chaban : « Nous pouvons relier les deux rives de la Caspienne » -  Vidéocast

« Avec une population d'un peu plus de 6 millions d'habitants, le Turkménistan a des déserts et des steppes couvrant 80% de ses territoires, ce qui fait du pays un endroit parfait pour la construction de panneaux solaires. Dans le même temps, l'intérêt d'Achgabat pour les énergies renouvelables et vertes doit principalement être stipulé par le critère du besoin. »

C'est ce qu'a fait savoir Ilham Chaban, directeur du Centre de recherche pétrolière, dans son entretien avec l'AzVision.az, en commentant les opportunités qui peuvent être introduites avec le potentiel énergétique alternatif du Turkménistan.

Il a ajouté que les installations d'énergie verte nécessitaient de grandes parcelles de terrain. Ils doivent être construits loin des zones de culture afin de ne pas impacter négativement l'agriculture. Par conséquent, nous les voyons généralement sur des terres inutilisées, telles que les sommets des montagnes ou des collines. Les vastes territoires du Turkménistan avec une population d'un peu plus de 6 millions d'habitants offrent de grandes opportunités. Le pays s'étend sur une longueur de 1 100 km, avec 80% de ses territoires couverts de désert et de steppes, ce qui le rend parfaitement adapté aux panneaux solaires.

 

- Mais si nous examinons les résultats de 2022, on peut voir que le Turkménistan a l'indicateur le plus bas dans ce domaine parmi les 5 pays de la Caspienne. La Fédération de Russie détient toujours le meilleur résultat : elle a produit 5,4 milliards de kWh d'électricité à partir de panneaux éoliens et solaires. Le deuxième est le Kazakhstan avec 5,1 kWh. L'Iran arrive en troisième position, suivi de l'Azerbaïdjan. Nous avons stabilisé le résultat en Azerbaïdjan depuis plusieurs années maintenant. Nous produisons 150 millions de kWh d'énergie verte depuis 3 ans, ce qui représente un peu plus de 0,6 % de notre solde total de produits de base.

Cependant, si nous examinons la vision de l'Azerbaïdjan, les mesures que nous avons prises et les décisions que nous avons signées, nous voyons clairement des plans pour augmenter la part de l'énergie verte dans le bilan électrique total d'ici 2037. Ce n'est un secret pour personne que nous voulons réduire la part des énergies traditionnelles de 30% au détriment des énergies solaire et éolienne. Pourtant, nous n'avons vu aucune déclaration ou plan du gouvernement turkmène sur des progrès dans le domaine.

- Le gouvernement du Turkménistan a déjà commencé à prendre un certain nombre de mesures. Comment voyez-vous leur avenir ?

- Il y a deux facteurs à considérer. Tout d'abord, la nécessité vous incite à prendre certaines mesures, à vous mettre en sécurité dans certains domaines et à vous déplacer vers un nouveau domaine dans d'autres. Le deuxième facteur est de savoir qui sont vos partenaires économiques et commerciaux et quelles sont leurs exigences.

Après avoir obtenu son indépendance dans les années 1990, le principal partenaire économique de l'Azerbaïdjan a toujours été l'Europe (on le voit aussi en termes de montant de capital). En fait, c'était la même chose il y a 100 ans. La situation était similaire même à l'époque de la Russie tsariste et nous avons continué la tradition. Il ne s'agit pas seulement de l'arrivée de nouvelles technologies, mais aussi des tendances du commerce mondial que nous suivons.

L'autre rive de la mer Caspienne est isolée du marché mondial. Le Turkménistan a tellement de gaz qu'il n'a besoin de rien d'autre. Mais l'Ouzbékistan, qui a des besoins, fait des pas en direction du Japon, de la Corée du Sud, de la Chine ou de l'Europe et de leurs institutions financières, car ce sont des mesures nées de la nécessité.

Dans le même temps, le Turkménistan, qui dispose de milliards de mètres cubes de gaz, n'a pas été en mesure d'augmenter ses exportations de gaz depuis 2016, sur la base des chiffres qu'il a communiqués. La conversion du gaz en électricité leur coûte trois fois moins cher que les énergies alternatives. Ainsi, le Turkménistan est de loin derrière nous parce que des raisons telles que le manque de nécessité, la faiblesse des relations avec des partenaires potentiels en Occident et la non-adhésion à l'accord de Paris sur l'empreinte carbone nulle d'ici 2050 (alors que l'Azerbaïdjan a signé le document en 2016) entravent son politique de transition énergétique.

- L'Azerbaïdjan a récemment signé un protocole de coopération avec la Géorgie, la Roumanie et la Hongrie sur un câble électrique à haute tension en eau profonde dans la mer Noire. Cette coopération est fondée sur l'énergie verte. Dans quelle mesure est-il possible que le Turkménistan rejoigne le projet à l'avenir ?

- L'Azerbaïdjan s'attaque à un grand projet après l'autre, à la fois dans l'énergie éolienne et solaire. Nous nous préparons aussi à exploiter le potentiel hydroélectrique des territoires libérés. Ce serait formidable pour l'Azerbaïdjan si le Turkménistan rejoignait ce projet. Même si Achgabat a encore du chemin à parcourir pour mûrir l'idée de vendre de l'énergie verte à l'Europe, nous n'aurions plus besoin de produire notre électricité à partir de gaz s'il existait une infrastructure de transport d'électricité, reliant les rives droite et gauche de la mer Caspienne. Tant que nous avons l'intention de porter la part des énergies alternatives à 30 % et que nous devons faire régulièrement l'entretien des équipements mécaniques employés, nous pourrions acheter l'énergie dont nous avons besoin dans un pays riche en réserves de gaz, comme le Turkménistan. Ce que je veux dire, c'est que le Turkménistan pourrait convertir son gaz en électricité et le vendre à l'Azerbaïdjan, même s'il ne disposait pas d'énergie verte propre. Cela, en soi, serait un grand pas en avant vers l'amélioration de la situation écologique et la réduction de l'empreinte carbone en Azerbaïdjan.

J'aimerais profiter de l'occasion pour divulguer un fait intéressant. La toute première ligne télégraphique de l'histoire a été installée entre les ports de Krasnovodsk et de Bakou en 1902 à l'époque de la Russie tsariste. La ligne s'étendait sur plus de 430 km. La ligne de communication qui a été installée sous la mer pour rejoindre Bakou, a une histoire très intéressante. Imaginez que de telles lignes aient été construites sous des lacs en Europe et en Amérique jusque-là. La ligne transatlantique a été installée par la suite. Cependant, nous étions au centre d'un projet de cette envergure au début du XXe siècle. À cet égard, proposer l'idée que vous avez mentionnée les uns aux autres et la concrétiser serait une entreprise unique.

- Les questions transcaspiennes se sont toujours avérées compliquées. Quels obstacles prévoyez-vous ?

-Je n’en vois aucun. L'Azerbaïdjan a déjà de l'expérience dans la construction d'une ligne électrique sous-marine à haute tension, mais avec l'aide d'experts étrangers.

La Convention sur le statut juridique de la mer Caspienne, adoptée le 12 août 2018, mentionne séparément l'installation de canalisations entre les rives droite et gauche de la Caspienne, telles que les conduites de pétrole, de gaz et d'eau. Elle stipule que tous les pays riverains de la Caspienne doivent approuver les effets écologiques qu'ils pourraient produire. En même temps, il ne dit rien sur les câbles, l'électricité et les infrastructures pour la transmettre. Pourquoi pas? Je viens de mentionner la ligne télégraphique entre les ports de Krasnovodsk et Bakou construite en 1902. La ligne a été mise à jour plusieurs fois depuis lors. Il existe un téléphone, qui est un canal de communication vocale, qui correspond aux exigences modernes. L'Azerbaïdjan met également en œuvre la ligne de communication par fibre optique Aktau-Bakou. Par conséquent, il n'y a pas de problème juridique ici de savoir si quelqu'un l'aime ou non.

- Si ce projet se concrétise effectivement, dans quelle mesure ce projet se justifiera-t-il en termes de rentabilité et d'exigence technique ?

- Quelque chose d'important à l'échelle mondiale pour les énergies alternatives s'est produit le 21 novembre 2018. Le prix de 1 kWh d'électricité dérivée du gaz est gradué jusqu'au prix de l'énergie produite par les éoliennes aux États-Unis. Cependant, il existe un grand écart entre les États-Unis et les autres pays. Quoi qu'il en soit, le coût de l'électricité produite à partir de sources alternatives est toujours plus élevé que celui obtenu à partir de turbines à gaz.

Deuxièmement, le volume joue un grand rôle. Si vous proposez plus de produits sur le marché, vous gagnerez toujours plus en raison du volume, même si la différence de marge est minuscule. Le bénéfice de 1 milliard de kWh d'énergie alternative en énergie est énorme pour l'Azerbaïdjan, le Kazakhstan et même le Turkménistan à l'avenir. Mais il existe déjà des sites qui produisent un billion de kWh d'énergie. Ces facteurs jouent un grand rôle en termes de rentabilité.

- Si ce projet se concrétise, quels sont les résultats géopolitiques qu'il peut produire dans la région ?

- Cela donnera un résultat positif quelles que soient la formation socio-politique et la forme de gestion, car c'est un bénéfice supplémentaire. La prochaine étape serait de suivre les événements actuels dans le monde et de les adapter pour nous convenir. Cela changera au moins notre tenue vestimentaire, notre comportement, car les principaux partenaires commerciaux viennent de l'Occident, les pays à haute technologie très développée. L'Azerbaïdjan s'oriente précisément vers ces tendances. Notre liaison se fait principalement avec l'Ouest, pas avec l'Est. Nous sommes orientés vers l'Occident, que ce soit dans l'éducation ou la culture. À cet égard, je pense que cela aura des effets assez positifs.

Sahil Isgandarov

Azvision.az


Tags: Caspienne   énergie  


Fil d'info