Selon le Kremlin, le respect des convictions religieuses est une "obligation, pas une option"

  24 Janvier 2023    Lu: 221
Selon le Kremlin, le respect des convictions religieuses est une "obligation, pas une option"

Une responsable russe de haut rang a critiqué le Secrétaire général de l'OTAN, Jens Stoltenberg, mardi, pour ses propos sur le récent autodafé du Coran en Suède, déclarant que le respect des convictions religieuses était "une obligation, pas une option".

Concernant les propos de Stoltenberg relatifs à l'autodafé du livre saint musulman, qui avait affirmé que "les actions inappropriées ne sont pas automatiquement illégales", la porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Maria Zakharova, a déclaré sur Telegram : "Il dit cela à propos du fait de brûler le Coran .... Permettez-moi de vous rappeler que le respect des convictions religieuses est une obligation, pas une option."

Citant plusieurs documents internationaux obligeant les pays signataires à contrer les actes d'intolérance et de discrimination, Zakharova a déclaré : "Ces documents indiquent explicitement que le droit à la liberté d'expression n'implique pas le droit de faire des déclarations critiques ou même désobligeantes concernant une religion ou une pratique religieuse. Et encore moins de brûler un livre sacré pour les musulmans."

Rasmus Paludan, un extrémiste suédo-danois, a brûlé un exemplaire du Coran, samedi, devant l'ambassade de Türkiye à Stockholm, avec à la fois la protection de la police et l'autorisation du gouvernement suédois.

Affirmant que Stoltenberg ignorait la teneur des documents internationaux qu’elle a cité, Zakharova a déclaré que l'Occident "nomme des incultes à des postes clés dans les instances européennes", car ils sont plus faciles à "gérer".

Elle a également souligné que l'Occident est "simplement obligé de respecter le droit de centaines de millions de personnes à pratiquer leurs cultes ancestraux."


Tags: Russie  


Fil d'info