Réponses aux « pourquoi » sombres dans le cerveau arménien - VIDEO

  25 Décembre 2022    Lu: 689
 Réponses aux « pourquoi » sombres dans le cerveau arménien -  VIDEO

Pourquoi les Arméniens protestent-ils contre la surveillance environnementale dans deux gisements du Karabagh ? Pourquoi conviennent-ils que « 120 mille personnes » sont confrontées, comme ils le prétendent, à la privation à Khankendi, mais pas pour inspecter deux gisements ! Pourquoi tolèrent-ils la fermeture de la route, on organise des protestations dans le monde entier, soulève la question au Conseil de sécurité de l'ONU, mais n'est pas d'accord avec la solution la plus simple et la plus simple ?!

Après tout, qu'y a-t-il de si effrayant pour les Arméniens dans la surveillance dans deux gisements pour rendre la question si folle ? ! C'est l'une des questions les plus importantes du jour.

À première vue, la situation rappelle vraiment le théâtre de l'absurde. Mais si on écoute attentivement les déclarations faites par les Arméniens, on comprend pourquoi ils ont rendu si difficile une question aussi simple que la surveillance écologique et l'ont presque transformée en une question «vie-mort».

Les raisons qui font du couloir une impasse

Il est possible de saisir plusieurs raisons de l'interview du politologue arménien David Stepanyan avec la journaliste géorgienne Gela Vasadze. Le politologue avoue ouvertement un aspect du problème : «... Parce qu'après avoir eu accès au gisement, ils y trouveront des violations très graves. Une fois qu'ils apparaîtront à Kachan, ils trouveront des centaines de violations... »

La première chose qui est claire, c'est qu'il existe de très graves problèmes environnementaux dans les gisements de Qyzylboulag et Demirli que les Arméniens appellent « Kachen ». D'abord, c'est pourquoi ils ne veulent pas accepter la surveillance environnementale là-bas. Cependant, il est clair a priori qu'il ne s'agit pas seulement d'écologie : si ces gisements sont exploités d'une manière ou d'une autre, c'est déjà une violation. Parce qu'ils sont situés sur le territoire de l'Azerbaïdjan officiellement reconnu par l'ONU.

Plus tard, Stepanyan dit : « ... Ensuite, ils exigeront une présence permanente là-bas, puis la police azerbaïdjanaise apparaîtra, puis ils diront que le gisement est à eux, puis ils exigeront le changement de propriétaire, et enfin l'ondulation du Drapeau azerbaïdjanais à Khankendi. »

Comme vous pouvez le voir, les Arméniens considèrent la question environnementale que nous avons soulevée comme une question politique « A qui appartient le Karabagh ? ». Cependant, nous comptions aller de l'avant, laissant de côté cette question dont la réponse est sans équivoque.

Les médias arméniens écrivent ouvertement que les gisements au Karabagh n'appartiennent pas à l'Azerbaïdjan, mais au régime séparatiste des Arméniens locaux, et sont les gisements « les plus légalement exploités » au monde. En d'autres termes, ils amènent la question environnementale au niveau de la négation de la souveraineté de l'Azerbaïdjan sur le Karabagh. Dans ce cas, bien sûr, la couleur de la matière change.

Mais les interprétations des Arméniens ne s'arrêtent pas là. David Stepanyan dit clairement que la cible principale est le corridor de Zanguézour : « L'Azerbaïdjan a déclaré il y a quelques mois que le statut des corridors de Latchine et de Zanguézour devrait être égal. Ils veulent un couloir à travers Mehri. En passant par Mehri ! C'est un moment important, car il servira à séparer l'Arménie de l'Iran. »

Précisons : pas « il y a quelques mois », mais il y a exactement un an, le 14 décembre 2021, le président Ilham Aliyev a déclaré lors d'une conférence de presse tenue à Bruxelles avec le secrétaire général de l'OTAN, Jens Stoltenberg, que le régime juridique du corridor de Zanguézour devait le même que celui du corridor de Latchine. Il devrait être : « La déclaration tripartite stipule clairement que l'Azerbaïdjan assure la sécurité et un accès sans entrave pour les relations entre le Karabagh et l'Arménie, et l'Arménie doit fournir le même accès sans entrave et la même sécurité pour les relations entre l'Azerbaïdjan et le Nakhitchevan République autonome. Aujourd'hui, il n'y a pas de douane dans le corridor de Latchine. Par conséquent, il ne devrait y avoir aucune douane dans le corridor de Zanguézour. Si l'Arménie insiste pour utiliser ses autorités douanières pour contrôler les marchandises et les personnes, alors nous insisterons pour qu'il en soit de même dans le corridor de Latchine. C'est logique et la décision devrait être prise par l'Arménie. Nous sommes prêts pour les deux options, soit aucune douane du tout, ou la présence de douanes dans les deux couloirs. »

Comme vous pouvez le voir, il n'y a rien de nouveau ou d'inhabituel dans cette demande de l'Azerbaïdjan : tout était prévu de cette façon depuis le tout début. On ne sait pas pourquoi Stepanyan prétend avoir découvert l'Amérique en disant cela. De plus, la logique et la justice exigent ceci : si la partie perdante d'une guerre se voit attribuer un corridor non surveillé, pourquoi la partie gagnante devrait-elle aller et venir sur ses terres sous le contrôle du perdant ? Une telle chose ne s'est jamais produite dans l'histoire !

L'Arménie déclare catégoriquement et en aucun cas qu'elle ne donnera pas de corridor à l'Azerbaïdjan. Alors que se passe-t-il ? Politisant radicalement la question de l'écologie, ils la transforment en qui possède le Karabagh et le corridor, et ils disent qu'il n'y aura pas de compromis sur les deux questions. La question est dans l'impasse.

Tant que cela continue, il ne reste qu'un seul moyen pour les participants à la protestation : s'habiller chaudement et rester ferme. La protestation environnementale devient une course d'endurance accompagnée d'une lutte psychologique. Encore...

Le gros problème de la « petite invasion »

Il est intéressant que l'affaire ne s'arrête pas là pour la partie arménienne : il ressort clairement des déclarations suivantes de Stepanyan pourquoi la question de la délimitation et de la démarcation des frontières s'est heurtée au mur.

Le fait est que sept villages de la région de Gazakh, enclavés par l'Arménie, ont été occupés au début des années 1990 : Baghanis Ayrim, Kheyrimli, Barkhoudarly, Sofoulou, Youkhari Eskipara, Guizil Hadjyly, Achaghy Eskipara. Les Arméniens ont occupé pour la première fois le Baghanis Ayrim en mars 1990 parce qu'il est situé sur l'autoroute Idjévan-Noyamberyan et qu'il a une importance stratégique particulière. Aujourd'hui, cette route relie également l'Arménie et la Géorgie.

Il ressort clairement des propos de Stepanyan qu'ils ne sont pas d'accord avec le contrôle de cette route par l'Azerbaïdjan. Par conséquent, Erevan insiste pour utiliser les cartes de 1929 lors de la délimitation. Les détails sont encore inconnus, mais il semble que 7 villages ne figuraient pas sur ces cartes en tant que territoire administratif de la RSS d'Azerbaïdjan. Sur les cartes de 1991, ils étaient définitivement marqués comme le territoire de l'Azerbaïdjan.

Mais à ce moment, une question se pose : Après tout, les dirigeants arméniens prétendent reconnaître l'intégrité territoriale de l'Azerbaïdjan avec les frontières de 1991 ! Il s'avère qu'ils parlent d'une chose devant et d'une autre derrière leur dos.

L'important est que, quels que soient le moment et la manière dont ils apparaissent sur les cartes soviétiques, ces villages sont des terres azerbaïdjanaises historiques, leur occupation s'est accompagnée d'un nettoyage ethnique impitoyable et de terribles tragédies humaines. Comment l'Azerbaïdjan peut-il renoncer à ses terres historiques et légales ?!

Ainsi, les détails de l'interruption du processus de paix deviennent clairs :
• Les Arméniens exigent que la route de Latchine reste un corridor, mais ils refusent absolument de donner un corridor à l'Azerbaïdjan ;
• Ils ne veulent pas reconnaître le droit de l'Azerbaïdjan à contrôler les territoires temporairement contrôlés par les soldats de la paix russes ;
• Ils refusent de restituer 7 villages occupés de la région de Gazakh.

Dans ce cas, bien sûr, il ne sera pas possible de définir les frontières, ni de signer un traité de paix. Malheureusement, les Arméniens n'ont toujours pas appris une leçon importante : si vous ne voulez pas serrer la main qui vous est tendue, alors la prochaine fois cette main peut revenir sous la forme d'un poing.

Par Vussal Mammadov

Azvision.az


Tags: Azerbaïdjan   Karabagh   Arménie   écoterrorisme  


Fil d'info