« KASPARGATE » : des traces arméniennes dans le stratagème de corruption engloutissant le Parlement européen - RECHERCHE-PHOTOS

  21 Décembre 2022    Lu: 955
  « KASPARGATE » :  des traces arméniennes dans le stratagème de corruption engloutissant le Parlement européen -  RECHERCHE-PHOTOS

Accuser les autres pays de corruption est l'un des passe-temps favoris des Européens. Mais le scandale international qui touche actuellement tout le « vieux monde » montre qu'un des lieux où la corruption est profondément enracinée est l'Europe et son Parlement.

À la suite de l'opération menée par la police belge début décembre, la vice-présidente du Parlement européen, la Grecque Éva Kaïlí et son père Alexandros Kaïlí, l'ex-eurodéputé italien Pier-Antonio Panzeri, ainsi que le secrétaire général de la Confédération syndicale internationale (CSI) Luca Visentini ont été arrêtés. 1,6 million d'euros en espèces ont été découverts à leur domicile.

La raison des arrestations était liée à la Coupe du monde de football organisée au Qatar. AzVision.az a publié un long article sur ce scandale, appelé « Qatargate » dans les médias internationaux. Mais le stratagème de corruption est plus profond qu'on ne l'imaginait. Selon Politico, la police a perquisitionné 20 adresses en Belgique, en Italie et en Grèce. À la suite d'enquêtes et d'interrogatoires, il a été révélé que les parlementaires européens avaient reçu des pots-de-vin des autorités du Maroc et du Qatar pour que la Coupe du monde se déroule au Qatar.

« Qatargate » deviendra probablement l'un des plus gros scandales de l'histoire récente de l'Europe, et de nombreux nouveaux détails seront révélés. Lorsque Éva Kaïlí coule, elle a l'intention d'emmener plusieurs autres eurofonctionnaires avec elle au fond de l'eau. Une partie du scandale pourrait même revenir à Josep Borrell. Actuellement, on estime qu'au moins 60 membres du Parlement européen sont impliqués dans le stratagème de corruption. Il est intéressant de noter que des traces de la diaspora arménienne internationale peuvent être trouvées dans le stratagème de corruption.

Eve la pécheresse

Éva Kaïlí, qui s'est spécialisée en architecture et génie civil à l'Université Aristote de Thessalonique, a ensuite poursuivi ses études à l'Université du Pirée et a obtenu une maîtrise en relations internationales et européennes. Éva, qui a travaillé comme présentatrice de télévision de 2004 à 2007, a été élue au Parlement européen par le parti grec PASOK en 2014 et est devenue membre du groupe « Alliance Progressiste des Socialistes et Démocrates ». Mais en 2022, elle a été expulsée de ce groupe.

En tant que vice-présidente du Parlement européen, Éva a également travaillé sur les questions du Moyen-Orient. C'est de là que vient la question du Moyen-Orient, plus précisément, la corruption pour le lobbying pour la Coupe du monde au Qatar.

À la suite de 14 perquisitions menées par les structures de pouvoir à Bruxelles et dans les communes environnantes, un total de 600.000 euros en espèces, un grand nombre de matériels informatiques et de téléphones portables ont été confisqués. Plusieurs complices d'Éva Kaïlí ont également été arrêtés.

En effet, l'arrestation de cette dame, nommée au siège de vice-présidente du PE sans aucun mérite sérieux, a été un peu retardée à cause de la corruption. Ainsi, le fait que Kaïlí et un groupe de ses collègues aient fait une déclaration biaisée contre l'Azerbaïdjan le 19 novembre de l'année dernière aurait dû être un signal sérieux pour beaucoup. Il en va de même pour les 33 députés qui ont soutenu la même déclaration. Car ce n'est pas un hasard si tous les partisans de cette déclaration préparée avec la participation active d'Éva Kaïlí représentent le « groupe d'amitié avec l'Arménie » au PE.

Y compris une coopération étroite avec le Comité National Arménien en Europe et la Fédération euro-arménienne pour la justice et la démocratie (EAFJD), qui ont appelé le PE à empêcher « les revendications territoriales de l'Azerbaïdjan contre l'Arménie ». Ce n'est pas une exception qu'Éva Kaïlí a été nommée au siège de vice-président du PE grâce auxdits services, précisément avec le soutien de la diaspora arménienne paneuropéenne. Nul doute que ce dossier sera ouvert si les forces de l'ordre mènent une enquête objective, et Kaspar Karampetian, président de l'EAFJD, sera également interrogé.

Lobbying des contrebandiers de diamants

Les ressources financières de Kaspar Karampetian, considéré comme l'un des fondateurs du mécanisme criminel « lobby mafieux », qui prend actuellement racine dans le monde, ont été constituées grâce à la contrebande de diamants. Le citoyen grec Kaspar Karampetian, connu comme le chef du lobby arménien à Bruxelles, a passé son adolescence à Beyrouth. Plus tard, il est revenu et s'est engagé dans le commerce en Grèce pendant un certain temps. Un peu plus tard, il s'installe en Belgique, où il achète des étals de bijoux. Il était engagé dans la certification et la vente de diamants polis passés en contrebande des régions de conflit d'Afrique vers la Belgique dans le cadre d'un stratagème de corruption et la vente dans les boutiques de marque en Europe.

Actuellement, Kaspar Karampetian, citoyen arménien, grec et luxembourgeois, est à l'avant-garde des activités de lobbying anti-azerbaïdjanais en tant que président de l'EAFJD opérant en Belgique.

K. Karampetian, qui a organisé les visites de certains hommes politiques européens bénéficiant des dons arméniens dans nos territoires occupés, a encouragé l'adoption de décisions soutenant le régime séparatiste qui existait dans la région azerbaïdjanaise du Karabagh à travers eux. Ses activités anti-azerbaïdjanaises se sont généralisées après la défaite de l'Arménie lors des combats d'avril 2016.

En juin 2016, Bako Sahakian, alors chef du régime séparatiste du Karabagh, a rencontré le membre de l'APCE Piet De Bruyn en Belgique avec la participation de Karampetian. En septembre de la même année, à l'occasion des 25 ans « d'indépendance » du régime séparatiste, le « ministre des Affaires étrangères » du Haut-Karabagh, Karen Mirzoyan accompagnée de K. Karampetian, a effectué une visite de travail en Belgique.

La « délégation » participant aux tables rondes au PE a rencontré l'ancienne présidente du groupe d'amitié Union européenne-Arménie, Eléni Theochárous, et d'autres membres du groupe. La première présidente de ce groupe, créé en janvier 2013, la députée chypriote Eléni Theochárous, médecin de profession, a auparavant participé à diverses missions d'aide humanitaire en Arménie et sur le territoire du Haut-Karabagh. Le 28 septembre 2018, elle a reçu le titre de « citoyen honoraire de Khankendi » pour ses « services » aux séparatistes arméniens. Un collier très précieux et un lingot d'or ajoutés à ce titre d'honneur ont impressionné Eléni.

Dans le cadre de cette visite, le président du groupe d'amitié Europe-« Artsakh », député luxembourgeois Frank Engel avec ce qui K. Mirzoyan s'est entretenu, fait partie des hommes politiques qui se font régulièrement les défenseurs du régime séparatiste, et cela a également une base profondément enracinée. Ainsi, depuis 2006, voyant qu'Engel, le consul honoraire d'Arménie au Luxembourg, était un amoureux, le lobby arménien a mis la jolie fille arménienne Tatev Manoukian comme épouse. Si l'on se souvient de l'exemple du regretté académicien D. Sakharov, qui a pris une position anti-azerbaïdjanaise extrême sous la botte d'Elena Bonner d'origine arménienne, il ne faut pas s'étonner de l'extrême pro-arménianisme du « mari » de T. Manoukian. F. Engel.

Le 15 mars 2017, K. Karampetian, qui réunissait plusieurs députés européens dans le luxueux restaurant "Le Bartholdi Pub" à Strasbourg, les a fait venir au bout d'un moment dans nos territoires occupés. Cette fois, les députés du Parlement belge André du Bus de Warnaffe, Emmanuel De Bock et Pierre Kompany sont tombés dans ses filets. Plus tard, le député Joris Poschet a été inclus dans cette liste.

Bako Sahakian, le chef du régime séparatiste du Karabagh, qui s'est rendu en Belgique à la mi-octobre de la même année, a rencontré pour la première fois un groupe de membres du parlement flamand et a participé à la cérémonie de fondation du groupe d'amitié Flandre-« Haut-Karabagh », créé à l'initiative de l'EAFJD. L'objectif principal de la création du groupe était de « sauver la population du Haut-Karabagh de l'isolement ». Parmi les membres du groupe, les noms des députés Piet De Bruyn, Joris Poschet et Paul Gordy ressortent.

Les députés Maria Spyraki, Eléni Theochárous et Manolis Kefalogiannis se sont distingués en tant que sponsors de l'événement organisé le 19 octobre au PE. Parmi les orateurs figuraient le ministre arménien de l'époque, Edward Nalbandyan, le membre du Parlement européen Frank Engel et le Catholicos de l'Église arménienne apostolique de Cilicie, Aram I.

Fin août 2018, le député européen Martin Sonneborn, accompagné du président de l'EAFJD K. Karampetian et d'Heghine Evinyan, représentante de la structure pour les affaires avec l'Union européenne, s'est rendu en Arménie et a rencontré le nouveau Premier ministre du pays, Nikol Pashinyan. Le lendemain matin, ils ont visité le Karabagh avec Dan Bilzerian, un célèbre joueur de poker et millionnaire d'origine arménienne vivant aux États-Unis. La visite de Bilzerian a été organisée après qu'il a obtenu la citoyenneté arménienne en Arménie.

M. Sonneborn, député représentant l'Allemagne au Parlement européen, est le fondateur et chef du parti allemand « Die Partei » depuis 2014. Ce parti a annoncé que l'un de ses objectifs était de restaurer le « mur de Berlin » autour de l'Allemagne. En 2000, M. Sonneborn a provoqué un scandale en offrant des cadeaux aux officiels de la FIFA pour qu'ils votent sur la tenue de la Coupe du monde en Allemagne en 2006. Ce député européen a également été sévèrement critiqué pour certaines de ses « blagues » dans des émissions satiriques de la célèbre chaîne allemande « ZDF ».

A cette époque, Hikmet Hadjiyev, qui était le porte-parole du ministère des Affaires étrangères de l'Azerbaïdjan, et maintenant l'assistant du président de l'Azerbaïdjan, a fait une déclaration très intéressante sur la visite de M. Sonneborn au Haut-Karabagh.

« Kaspar Karampetian, le chef du lobby arménien à Bruxelles, ne peut amener que des politiciens-clowns dans les territoires occupés de l'Azerbaïdjan en dépensant de grosses sommes d'argent. Parce que les gens sains d'esprit qui connaissent les réalités du conflit, les faits de l'occupation et du nettoyage ethnique sanglant, comprennent qui est qui et évitent de telles choses. Je me demande qui sera le prochain à la parade des clowns ? Sœurs Kardashian? », a demandé Hikmet Hadjiyev.

Dès 2014-2018, Kaspar Karampetian, pour qui la détention provisoire a été prononcée sur la base d'une décision de justice pour avoir franchi illégalement la frontière d'État de l'Azerbaïdjan et visité le territoire du Karabagh, a été placé en recherche internationale par « Interpol ». Malgré cela, Karampetyan, qui continue de faire pression contre l'Azerbaïdjan et implique certains politiciens européens en échange de dons importants, tente d'étendre davantage la métastase de la corruption dans les institutions européennes.

En septembre 2019, Karampetian a organisé la visite de représentants du régime séparatiste du Karabagh à Chypre, qui entretient des relations étroites avec les Arméniens.

À Chypre, où vivent seulement 3 à 3 500 Arméniens, les activités d'organisations telles que le « Parti libéral démocrate Ramgavar », ainsi que les fondations « Pharos » et « Kalaydjian » prouvent qu'ils bénéficient de privilèges spéciaux. Ce n'est pas un hasard si début février 2020, le député chypriote Kóstas Mavrídis et l'EAFJD ont organisé une conférence sur le thème « Réfugiés oubliés : qu'est-il arrivé aux Arméniens de Bakou ? » au PE.

K. Karampetian, qui est devenu plus actif après la défaite écrasante de l'Arménie lors de la Seconde Guerre du Karabagh, a joué un rôle particulier dans l'adoption par la Chambre des députés luxembourgeoise d'une résolution biaisée concernant le Karabagh le 25 décembre 2020. Dans la résolution présentée par le membre pro-arménien du parti politique chrétien-socialiste, Claude Wiseler, les réalités de la région sont déformées et des accusations sans fondement sont portées contre l'Azerbaïdjan et la Turkiye.

Le 9 novembre de l'année dernière, le 30e anniversaire de l'indépendance de l'Arménie a été célébré lors de l'événement organisé à l'occasion de la réouverture du « groupe d'amitié PE-Arménie ». Cette fois, la direction du groupe a été confiée à Loucas Fourlas, le député représentant Chypre au PE.

Fin janvier de cette année, Arman Tatoyan, un ancien défenseur des droits de l'homme en Arménie, qui est venu à Bruxelles pour une visite de 3 jours dans le cadre de l'organisation conjointe de l'EAFJD et de l'ambassade d'Arménie en Belgique, a annoncé la position de l'Arménie sur la seconde guerre du Karabagh, lors de réunions avec des hauts fonctionnaires de l'Union européenne.

Kaspar Karampetian a commenté cette visite de manière singulière : « M. Tatoyan et son équipe ont fait un gros travail de documentation. Il était important pour nous que les cercles politiques de l'Union européenne puissent recevoir de première main des informations présentées avec des faits et des informations. Nous poursuivrons constamment nos activités au sein de l'Union européenne, sensibiliserons à la situation actuelle et défendrons les droits du peuple arménien. »

Karampetyan a également participé à la conférence « Guerre 2020 et droits de l'homme en Artsakh » qui s'est tenue au PE le 8 septembre de cette année à l'initiative de Peter Van Dalen, membre du PE, et organisée conjointement par le Comité européen « Hay Dat » de la fédération révolutionnaire arménienne « Dashnaktsutyun ».

Karampetian, 70 ans, qui a rejoint les députés et responsables européens dans sa politique de lobbying anti-azerbaïdjanais, organise également divers événements de « philanthropie » pour défendre leurs intérêts. Selon ses aveux sur sa page sur les réseaux sociaux, 3.800.000 euros ont été récoltés lors d'un seul dîner de gala organisé à Bruxelles l'an dernier pour soutenir les séparatistes.

Dans les études du centre d'analyse italien « Sovranità Popolare », Karampetian, qui est engagé dans le commerce du diamant, est appelé « le parrain de la mafia arménienne en Belgique ». Une partie des revenus qu'il a collectés illégalement sert à financer les séparatistes du Karabagh. En 2014, Karampetian s'est vu décerner l'ordre « Mkhitar Gosh » par le président arménien et « Vachagan Barepasht » par le « chef » du régime séparatiste pour ses activités de lobbying en faveur de la politique agressive de l'Arménie et du régime séparatiste arménien au Karabagh en Europe.

Le président arménien, qui ne considérait pas ces récompenses comme suffisantes, lui a également remis en 2018 l'ordre « Mesrop Mashtots ». Encouragé par les récompenses, Karampetian a fait preuve d'un grand zèle dans la mobilisation des terroristes du PKK de l'étranger pour combattre aux côtés de l'Arménie dans la seconde guerre du Karabagh.

Il est également noté que Karampetian était associé à Vartan Sirmakes, qui est appelé « le parrain de la mafia arménienne en Suisse ».

Vartan Sirmakes, qui a fondé la société « Franck Muller » en 1998 avec l'horloger Franck Muller, est également président de « ArmSwissBank » et consul général d'Arménie en France (Marseille). Une affaire pénale a été ouverte contre lui par le Parquet général d'Azerbaïdjan pour l'utilisation illégale d'or extrait dans le village de Vejnéli de la région de Zenguilan, dans la conception des montres « Franck Muller ».

K. Karampetian, qui faisait confiance aux députés et aux fonctionnaires qu'il a soudoyés en Europe, s'est égaré à tel point qu'il a menacé les médias qui ont révélé ses activités criminelles en Azerbaïdjan. Ainsi, après que l'article d'Eynulla Fatullayev intitulé « Affaire de Kaspar : services spéciaux, diamants et sang » a été publié sur le site « haggin.az », l'avocat de Karampetian, George Henry Bussi, a écrit une lettre aux éditeurs du site, demandant la suppression immédiate de cet article. Ce couple de criminels a déclaré qu'à défaut, E. Fatullayev pourrait être poursuivi pénalement en vertu de l'article 443 du Code pénal belge.

Il est vraiment très intéressant de voir comment la direction du PE réagira aux menaces des criminels qui ont pris Eléni Theochárous avec un collier très précieux et un lingot d'or, Frank Engel avec la dame arménienne Tatev Manoukian, le gay Pieter Omtzigt avec Karen Ohanjanyan. Vont-ils réagir du tout ?
Nous attendons et observons.

Sahil Iskandarov, politologue pour Azvision.az


Tags: Arménie   Europe   corruption   KasparKarampetian   Belgique   Karabagh   Azerbaïdjan  


Fil d'info