Le facteur turc poussera Téhéran à ne pas aggraver les relations avec Bakou - Vue de Russie

  26 Octobre 2022    Lu: 1312
 Le facteur turc poussera Téhéran à ne pas aggraver les relations avec Bakou -  Vue de Russie

Il est clair que l'arrivée de groupes d'observateurs de l'OSCE et de l'UE en Arménie ne pouvait pas susciter beaucoup d'enthousiasme à Moscou. On peut noter que le récent commentaire de la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, Maria Zakharova, à ce sujet est peut-être plus tranchant qu'à la fin du mois de septembre 2022, lorsque de telles idées n'étaient que discutées. Néanmoins, il est évident que la simple présence de ces missions dans la région ne peut guère augmenter de manière significative l'influence des acteurs occidentaux sur Erevan.

Ces missions ne disposent pas d'outils pour influencer les parties au conflit. Dans le cas de la mission de l'UE, la thèse contenue dans la déclaration du service de presse du bureau de l'UE en Arménie selon laquelle ce groupe de surveillance sera engagé dans l'observation, et non dans l'enquête, indique plutôt que les déclarations officielles de ce groupe d'observateurs peuvent être aussi prudent que possible. Quant à la mission de l'OSCE, même si les évaluations officielles de la situation par ce groupe d'observateurs contiennent des thèses plus clairement contraires aux intérêts de Bakou, cela n'affectera pas fondamentalement la situation dans la région.

Peut-être que l'équipe de Nikol Pashinyan suppose que le travail de ces missions deviendra un facteur supplémentaire renforçant les positions de négociation d'Erevan dans le dialogue avec Moscou. Dans le même temps, Erevan ne reçoit pas de garanties concrètes dans le domaine de la sécurité de la part des acteurs occidentaux.

Si nous parlons d'autres instruments d'influence des acteurs occidentaux sur Erevan, nous pouvons rappeler, par exemple, que le sujet d'une aide financière supplémentaire à l'Arménie de la part de l'UE reste à l'ordre du jour actif. Par exemple, lors d'une réunion du gouvernement arménien le 20 octobre 2022, l'accord précédemment conclu avec l'Union européenne a été mentionné, suggérant que Bruxelles allouera 2,4 milliards d'euros à Erevan d'ici 2026 dans le cadre de programmes d'investissement et économiques. Et pourtant, jusqu'à présent, les investissements de l'UE et des États-Unis dans les relations avec Erevan sont à peine suffisants pour réduire de manière significative l'influence de la Russie sur l'Arménie.

Quant au facteur turc dans les relations entre Bakou et Téhéran. Comme vous le savez, il n'y a pas si longtemps, des représentants de la Compagnie nationale du gaz d'Iran et de Turkish Botas ont annoncé la conclusion de nouveaux accords sur la fourniture de gaz iranien à la Turkiye. De tels accords ne peuvent qu'affecter la nature des contacts de politique étrangère des États ; ce n'est pas sans raison que le ministre turc des Affaires étrangères, Mevlut Cavusoglu, a évoqué en octobre l'embargo sur le pétrole iranien précisément dans le cadre de la levée des sanctions. C'est précisément l'intérêt mutuel des liens économiques. Dans le même temps, sur fond de déclarations de plusieurs politiciens de l'opposition turque en faveur des manifestations en Iran, Téhéran a un autre argument pour maintenir Recep Tayyip Erdogan au pouvoir après l'élection présidentielle de 2023. Dans ce contexte, le facteur turc poussera plutôt Téhéran à chercher des moyens de réduire les contradictions dans les relations avec Bakou.

Mais, en fait, d'autres signaux peuvent indiquer qu'une nouvelle intensification de l'interaction entre l'Iran et l'Azerbaïdjan est possible dans un avenir proche. Les mêmes conversations téléphoniques entre le chef d'état-major des forces armées iraniennes Mohammad Hossein Bagheri et le ministre azerbaïdjanais de la Défense Zakir Hassanov, ainsi que la rencontre à Istanbul entre l'assistant du président azerbaïdjanais Hikmet Hadjiyev et le ministre iranien de la Culture Mohammad Mehdi Esmaili peuvent indiquer que la fenêtre du dialogue entre Bakou et Téhéran n'est manifestement pas fermée.

Politologue russe, analyste principal de l'Agence pour les communications politiques et économiques, Mikhail Neizhmakov

Azvision.az


Tags: Aezrbaïdjan   Iran   Turkiye   Arménie  


Fil d'info